lundi 24 avril 2017


Nous venons de passer le 1er tour de l’élection présidentielle. Les Français, par leur choix, ont fait la sélection des deux candidats présents pour le 2ème tour.

Les résultats de dimanche dernier, s’imposent. C’est la règle de la démocratie. Personnellement, pour le 1er tour,  j’avais soutenu François FILLON, sans faille et avec fidélité. J’avais donné les raisons de mon soutien. Au final, j’ai séparé la personne de son projet. J’ai ainsi considéré que son projet était le meilleur pour la France. Pour cette raison, je lui suis resté fidèle.

Hier soir, François FILLON, a reconnu sa part d’erreurs. Il disait les assumer. Soit.

Pourtant, je suis d’avis que ce n’était pas le seul à avoir fauté. De nombreux autres responsables politiques de la famille de droite et du centre, sont autant responsables de son échec, sinon plus.

Comment lui était-il possible de mobiliser les électeurs dans la désunion ? Les résultats de la « primaire » ont entraîné séquelles et fractures. Les dissensions internes étaient d’un résultat désastreux. Comment créer la confiance autour d’un candidat, avec de tels désaccords ?

Des élus nationaux et bien d’autres, ont soit occupé les plateaux de télévision, soit alimenté les médias pour créer méfiance et suspicion. Nombreux sont ceux qui ne sont pas arrivés à surmonter leur rancœur.

L’union n’était que de façade. Pour se justifier, ils ont fait appel à un plan B. Les manœuvres continuèrent, même après le rassemblement du Trocadéro, du 5 mars. Nous constations aussi et encore des déchirements internes qui vouaient à l’échec l’alternance politique. Piètre image que celle donnée...

Tous ces comportements ont trahi les électeurs. Dès lors, de nombreux responsables politiques de la droite et du centre ont tout fait pour faire perdre François FILLON. Et pourtant tout s’est joué autour de 2 % de voix. François FILLON, souffrait certes d’une image dégradée. Néanmoins, les querelles internes ont été d’une conséquence plus désastreuse sur ses résultats. Il ne doit pas être le seul à faire le mea culpa. Bien d’autres, et ils sont nombreux, devraient le faire.

Collectivement ils ont trahi les électeurs qui souhaitent l’alternance. Ils ont des comptes à rendre. Même en politique, il y a une éthique. Celles ou ceux qui s’en affranchissent auront, tôt ou tard, à assumer les conséquences. Parmi eux, il y a très certainement ceux qui aspiraient à aller à la soupe, comme aussi les autres qui s’apprêtent à y aller.

Personnellement, je souhaitais que François FILLON puisse arriver au 2ème tour. Je suis persuadé, que le débat entre les 2 tours était autre et aurait pu lui permettre de l’emporter. Si en France, on avait voté comme à Colmar, il serait présent au 2ème tour. Ce n’est pas le cas pour toutes les raisons ci-dessus expliquées.

Le 7 mai, nous serons face à notre conscience. Les résultats du 1er tour, nous conduisent à faire un choix. Personnellement, je vais faire le choix de la France, selon ma vision des choses. En fonction de la sensibilité de chacune et de chacun, tenant aussi compte des priorités qui sont ceux des Colmariens, j’invite les électeurs à aller voter et de se déterminer selon leur conscience.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire