lundi 22 octobre 2018

MOT DE LA SEMAINE


Le Mot de la semaine n°419

 

La 23ème édition du Festival du Film de Colmar « 7 jours pour le 7ème art » a pris fin le 20 octobre.

 

Ce Festival constitue un évènement très apprécié par nos concitoyens. Il est solidement ancré dans le paysage culturel colmarien. Combien de villes de plus de 70 000 habitants peuvent proposer chaque année des évènements aussi différents que le Festival de Jazz, le Festival International de Colmar, le Festival du Livre, le Marché de Pâques, les marchés de Noël, et donc le Festival du Film ?

 

Cette offre variée et de qualité, nous sommes attachés à l’accompagner, malgré un contexte financier particulièrement serré, lié à la baisse des dotations de l’Etat.

 

En terme de rapport qualité/prix, notre Festival du Film peut être regardé très certainement comme une référence. Aucun cachet payé aux personnalités – acteurs, producteurs, réalisateurs – faisant le déplacement. Et pourtant, en plus de 20 ans, quelque 1 100 personnalités présentes, près de 400 films, téléfilms, docu-fictions, court-métrages projetés souvent en avant-première… Le Festival du Film de Colmar a la chance d’avoir un parrain de marque en la personne de Francis HUSTER dont la faconde et l’insolent talent sont unanimement reconnus.

 

La fidélité de Francis HUSTER à Colmar, depuis 12 ans, nous touche beaucoup. Elle est l’apanage d’un grand homme de théâtre et de cinéma, toujours prêt à faire part de son expérience, et de sa passion pour les grands textes, à la jeune génération.

 

Le budget du Festival s’élève à quelque 120 000 €. La Région est l’un de nos partenaires privilégiés (26 000 €), mais il me faut aussi relever les participations du Département du Haut-Rhin (3 000 €), et de nos mécènes habituels, qui permettent d’assurer la pérennité du Festival. La participation nette de la Ville de Colmar s’élève à quelque 53 000 €.

 

Le succès du Festival, nous le devons à son assise populaire : gratuité d’accès aux projections figurant au programme du Festival (tarif réduit : 5 €, pour les autres films pendant la durée de la manifestation), programme tourné vers des avant-premières, opportunités offertes aux publics de tous âges de rencontrer en toute simplicité des acteurs, des réalisateurs, des producteurs …

 

Ainsi opère la magie du Festival grâce à la présence d’artistes et de personnalités éminentes des mondes du cinéma et de la télévision.

 

Nous devons aussi la réussite de cette entreprise municipale à l’énergie déployée par une petite équipe, sous l’autorité de Jacques DREYFUSS, Adjoint au Maire, avec la participation active du directeur du cinéma CGR. Cette équipe a su faire en sorte que le Festival garde son âme, celle d’une manifestation qui est aussi une fête, une fête populaire tournée sans ostracisme vers tous les genres de film de télévision et du cinéma.

 

L’intervention de la Ville de Colmar dans le domaine du cinéma ne se limite pas au Festival. Avec le dispositif Ciné Pass mis en place il y a 10 ans, j’ai voulu avec mon équipe encourager la fréquentation des salles de cinéma. Ainsi, un dispositif d’entrée gratuite ou au tarif réduit facilite l’accès des Colmariens aux écrans.

 

Ce dispositif concerne 3 catégories de Colmariens :

 

-        Les juniors, de 6 à 15 ans révolus, bénéficiaires de 12 entrées gratuites correspondant à une entrée par mois, contre une participation de 15 € ;

 

-        Les seniors, de 60 à 69 ans, bénéficiaires de carnets de 10 entrées à 2,50 €, renouvelables à l’envi, contre une participation de 15 € ;

 

-        Les seniors +, de 70 ans et plus, bénéficiaires de carnets de 10 entrées gratuites, renouvelables également à l’envi, contre une participation de 20 €.

 

Quelle satisfaction pour nous de constater l’euphorie créée par cette action ! Mais aussi quelle ambiance familiale retrouvée lorsque le grand-père ou la grand-mère accompagne son petit-fils ou sa petite-fille au cinéma !

 

Qu’on en juge à travers ces chiffres :

 

 

 
Nombre de carnets délivrés
 
Junior
Senior
Senior +
2014
2130
1604
1591
2015
2117
1707
1772
2016
1897
1633
1780
2017
1776
1561
1742
2018
(de janvier à septembre)
1297
1189
1280

 

 

Cela représente un coût moyen net pour la Ville (participations des partenaires déduites) de 95 000 € par an.

 

Le cinéma à Colmar, c’est encore la chance d’accueillir de nombreux tournages à Colmar, avec les retombées en résultant sur les plans de l’économie et de l’attractivité.

 

Parmi ces tournages :

 

-          Le film « Kiss and Cry » de Lila PINELL et de Chloé MAHIEU entièrement tourné à Colmar en 2017, et présenté au Festival de Cannes en 2017 ;

 

-          La télé réalité chinoise (Chinese restaurant) – Hunan TV – juin 2018. Hunan TV revendique pour les épisodes tournés à Colmar une moyenne de 8 % de part de marché (sur un public potentiel de 1 milliard de téléspectateurs !), ainsi qu’un total cumulé sur internet de plus de 2,2 milliards de vues !

 

-          Le téléfilm « Meurtres à Colmar » (juillet/août 2018) avec Pierre ARDITI – production Télécip. Une avant-première est prévue à Colmar début 2019 avant la sortie nationale ;

 

-          Le téléfilm « Un avion sans elle » (RifiFilms production) pour M6 d’après l’œuvre de Michel BUSSI. Tournage à Colmar à la Cour d’Appel de quelques scènes en présence de Bruno SOLO et Agnès SORAL (juin 2018) ;

 

-          Le reportage « World of Wonder » (juin 2018) réalisé au musée Bartholdi par l’équipe américaine emmenée par Diane de FURSTENBERG accompagnée par l’académicien Pierre ROSENBERG ;

 

-          Le film « L’inspiratrice » réalisé par Grégory MAGNE avec Emmanuelle BEDOS et Grégory MONTEL. Quelques scènes tournées à Colmar la semaine dernière ;

 

-          Le téléfilm « les murs du souvenir » (pour France 3) réalisé par Sylvie AYME avec Gaëlle BONA : quelques scènes tournées à Colmar le mois prochain ;

 

-          Le film d’une production italienne annoncé en décembre avec un acteur italien qui serait le pendant de Dany BOON en France.

 

 

C’est précisément pour favoriser l’accueil de tournages dans notre Cité que la Ville a décidé d’intégrer le réseau de collectivités créé à l’initiative de la Région Grand Est pour soutenir la production audiovisuelle et cinématographique.

 

La signature de la convention cadre de partenariat 2018-2020 entre la Ville et la Région Grand Est, prévue à cet effet, intervient d’ailleurs ce 22 octobre. En plus de son rôle de facilitateur pour les services matériels à fournir sur place lors d’un tournage à Colmar, la Ville a décidé d’abonder, dans le cadre de cette convention, le fonds régional dédié à cet effet, à hauteur de 25 000 €.

 

 

 

 

 

Gilbert MEYER

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire