lundi 3 décembre 2018

Mot de la semaine n° 425 - Convention des maires


La Convention des Maires a fêté son 10ème anniversaire cette année. Elle a été lancée en effet en 2008 par la Commission européenne pour inciter les collectivités locales et les citoyens à dépasser les objectifs climatiques et énergétiques européens.

Les villes signataires – dont Colmar en 2010 – s’engagent à participer à la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) de plus de 20 % d’ici 2020 (par rapport à l’année de référence 2007, pour Colmar), grâce à des mesures visant à améliorer l’efficacité énergétique et accroître l’utilisation des énergies renouvelables.

Je fais en effet partie de ceux qui pensent que c’est souvent à l’échelon communal, celui de la proximité, qu’il est possible d’agir et de donner l’exemple. Ce faisant, il est clair que nous n’avons pas la prétention de régler à notre échelle des problèmes d’ampleur mondiale. Mais nous pensons qu’il est possible d’utiliser les leviers dont nous disposons pour faire avancer les choses. Il ne fait pas de doute que l’accès à une énergie propre, bon marché et abondante est l’une des conditions de notre prospérité et de notre développement.

De manière générale, l’objectif est bien de réconcilier approvisionnement énergétique de notre société et absolue nécessité de ménager notre climat.

Depuis 2010, la Ville de Colmar soumet donc régulièrement des bilans d’étape au Bureau de la Convention des Maires à Bruxelles, afin de vérifier que la démarche est bien en phase avec l’objectif annoncé. La diversité de toutes les villes représentées au sein de la Convention des Maires est cruciale pour échanger de bonnes pratiques permettant d’atténuer les effets du changement climatique et de s’y adapter.

Nous venons donc de réaliser la mise à jour des bilans des émissions de notre territoire pour les années 2007 (année de référence), 2010, 2013 et 2016, accompagnée de l’évaluation de l’efficacité de notre plan d’actions, jusqu’en 2016.

Au regard de la qualité des éléments fournis au Bureau de la Convention des Maires, l’organisme européen nous a informés souhaiter utiliser nos supports de restitution comme outils de référence, afin d’élaborer des recommandations auprès des collectivités membres du « Partenariat Oriental » de l’Union Européenne, engagées dans la démarche. Les documents fournis par la Ville de Colmar ont été jugés – je cite – « bien préparés et particulièrement structurés ».

C’est la seconde fois que la démarche de la Ville de Colmar est remarquée par le Bureau de la Convention des Maires à Bruxelles, parmi les 7 755 signataires actuels (53 pays, 252 millions d’habitants).

En 2017, notre collectivité était déjà prise en exemple dans le guide de référence du reporting de la Convention des Maires, avec trois autres villes : Tallin, capitale de l’Estonie (412 000 habitants), Gaia au Portugal (303 000 habitants) et Vaxjo en Suède (87 000 habitants).

L’adhésion à la Convention des Maires permet à la Ville de Colmar de dynamiser, davantage encore, sa démarche en faveur de la réduction des gaz à effet de serre, d’élargir son réseau d’acteurs engagés dans la lutte contre de le dérèglement climatique, d’échanger sur les bonnes pratiques et de comparer les performances de sa politique. Elle donne également une dimension européenne à la démarche environnementale de la Ville de Colmar, traduite en particulier dans notre Agenda 21 que vous retrouvez sur le site internet de la collectivité (https://www.colmar.fr/agenda-21).


Gilbert MEYER

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire