lundi 11 février 2019

Mot de la semaine n° 435 - Budget Primitif 2019 ville


La « fusée » budgétaire a plusieurs étages. Le premier, c’est celui qui contient les orientations budgétaires débattues en Conseil Municipal. Elles l’ont été le 17 décembre dernier (cf. Mot de la semaine du 24 décembre 2018).

Le 2ème, c’est celui des éventuelles décisions modificatives qui viennent corriger en cours d’année, si nécessaire, les prévisions arrêtées.

Entre les deux, nous touchons du doigt la partie essentielle : c’est-à-dire le budget, et les moyens indispensables qui vont nous permettre d’atteindre toutes les cibles répondant aux actions et services entrevus pour l’année. Au final : objectifs conformes, voire supérieurs aux engagements pris auprès des Colmariens.

Le budget 2019 a été adopté par le Conseil Municipal le 4 février. Il maintient le cap des engagements pris auprès des Colmariens. Il le fait avec le souci scrupuleux de préserver le contribuable et l’usager, tout en maintenant la qualité des services offerts aux habitants. Constatons en plus que pour la période 2014/2019, il révèle plus de 30 M € d’investissements qui n’étaient pas prévus au départ.

Le budget 2019, bouclier de protection, pour défendre les intérêts des Colmariens

-        parce que les charges de fonctionnement sont maîtrisées, au-delà même des préconisations établies par le Pacte de Confiance. Ces dépenses sont « gelées » depuis 2014, soit pour la 6ème année consécutive ! Il s’agit là d’une performance exceptionnelle compte tenu de l’inflation (qui représente un montant de 2,75 M €) et des dépenses nouvelles imposées par l’État (3,5 M €), soit un total de 6,25 M € pour cette période
-        parce qu’il maintient la modération fiscale avec, là aussi, un gel des taux fiscaux pour la 7ème année consécutive
-        parce qu’il optimise les recettes de fonctionnement, malgré la baisse des dotations de l’État, grâce au déploiement d’une stratégie qui fait référence malgré une perte de près de 5 M € au titre de la dotation globale de fonctionnement.

Le budget 2019 est porteur d’avenir

-        parce qu’il préserve les générations colmariennes à venir du poids de l’endettement : l’encours de la dette prévisible par habitant est estimé à 888 € au 31 décembre 2019. Il reste très modéré et largement inférieur à la moyenne des villes de la même importance (1 416 € au 31 décembre 2017, source : direction générale des collectivités locales). Il était de 950 € à Colmar en 1995.

-        parce que l’année 2019 sera une année exceptionnelle en termes de dépenses d’équipement :
49 M € ! Du travail pour les entreprises, et donc de l’emploi préservé, voire créé ! À Colmar, le volume du budget d’investissement (683 € - habitant) représente pour une année deux budgets des autres villes de la même strate de population (326 € - habitant). L’Observatoire des Finances et de la gestion publique locales a relevé que le volume des réalisations par les communes est inférieur de 15% en 2018 à celui de l’année précédente. La performance colmarienne n’en est que plus significative.
En matière d’investissement, nous ferons mieux, par ailleurs, que respecter la règle théorique des trois tiers pour financer les investissements (1/3 : emprunts, 1/3 : autofinancement, 1/3 : subventions et participations). En effet, notre niveau d’autofinancement se situera à 41% en 2019 ….






Plus que jamais, « la marque de fabrique colmarienne » devient donc un label, un label de référence.

Nous sommes la démonstration d’une gestion exemplaire, de nature à assumer toutes les comparaisons possibles. Une gestion exemplaire :

-        qui s’interroge sur la pertinence de chaque dépense,
-        qui s’impose une réflexion constante sur la rationalisation des usages des équipements
-        qui met en œuvre toutes les mutualisations possibles et les réorganisations souhaitables afin de mieux maîtriser la dépense
-        qui optimise les fruits du partenariat avec les autres acteurs institutionnels : État, Région Grand Est et Département du Haut-Rhin.

Au-delà de ces rappels, il y a lieu d’apporter 2 précisions :

1.      Le contrat de confiance de l’État

Il avait limité l’augmentation du budget de fonctionnement à 1,2%.
Pour Colmar, les dépenses de fonctionnement 2018 étaient inférieurs de 1 375 000 € par rapport à celles de 2017. De plus, l’augmentation autorisée (1,2%) correspond à 886 000 €. L’économie réelle par rapport au contrat de confiance de l’État est donc … de 2 261 000 €.

2.      L’épargne nette de 2018 était de 18 679 600 €. Elle est chiffrée à 19 978 100 € en 2019, ce qui permet d’arriver à un autofinancement des travaux d’équipements de 41%, taux encore jamais atteint.


L’adoption du budget a provoqué un large débat de 1h30, lors de la séance du Conseil Municipal. La démocratie a joué pleinement son rôle.
Vous pouvez visionner les échanges intervenus en cliquant sur http://www.colmar.tv

Les principaux éléments du budget 2019 sont aussi accessibles en cliquant ICI. Vous y trouverez la synthèse du budget communiqué aux médias.
Zone de Texte: Un audit commandé à LOCALNOVA en 2013 concluait à une « réalité 2019 » beaucoup moins heureuse pour Colmar. Pourtant, nous avons su optimiser tous les leviers d’une gestion ne souffrant d’aucune faille. Ainsi, nous pouvons tabler en 2019 sur :

- un supplément de recettes de fonctionnement de 8,2 M €
- une diminution des dépenses de fonctionnement de 7,2 M € 
soit une augmentation de l’épargne de gestion de 15,4 M €. 

Par ailleurs, entre 2014 et 2019, elle a été portée de 10,94 M € à 19,37 M €, soit plus 8,43 M€ alors que Local Nova avait conclu dans son audit en 2013 à une épargne de gestion de 3,95 M € en 2019.
 



Gilbert MEYER

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire