mercredi 28 juin 2017

Communiqué

Je faisais partie de la délégation de « Villes de France », reçue par M. Jean-Michel BLANQUER, Ministre de l’Education Nationale, mardi le 27 juin 2017.

A cette occasion ont été mises sur table, les nombreuses questions qui interrogent les élus locaux, exécutifs de villes et communes. Naturellement, les rythmes scolaires ont fait partie du tour de table.

Le Ministre, en toute franchise, a répondu aux questions posées. Il a élargi le débat en évoquant ses priorités sur l’enseignement élémentaire, le collège, la formation professionnelle.

Sur cette dernière question, il est d’avis qu’une « révolution » de la pratique et des mentalités s’impose. Il a cité notre retard dans l’apprentissage qui pourtant est une solution clé pour de nombreux jeunes.

L’exemple de l’Allemagne a été évoqué.

Pour le retour aux 4 jours dans le rythme scolaire, le Ministre précise que le décret est en voie d’être publié. Bien que certaines municipalités aient déjà décidé le retour aux 4 jours, il est d’avis de ne pas se précipiter. Il confirme que le positionnement le plus réfléchi serait le cas échéant une modification avec effet de la rentrée scolaire 2018 / 2019. Les conseils d’école ont un avis à donner préalablement. De plus, il recommande aussi de s’en ouvrir à l’Inspection Académique – Directeur Académique des Services de l’Education Nationale. A la date d’aujourd’hui, il ne peut pourtant pas s’engager sur la pérennité de l’aide apportée par l’Etat pour les communes qui vont maintenir l’organisation actuelle.

A cette occasion, j’ai relevé ma suggestion de revenir éventuellement aux 4 jours, à partir du 2ème trimestre de l’année 2017 / 2018, après concertation avec les partenaires locaux. En effet, nombreux sont-ils, à vouloir revenir en arrière, très rapidement pour retrouver les 4 jours.

Le Ministre souligne que c’est la 1ère fois qu’une telle solution lui est présentée. Il a remarqué l’absence de précipitation, dans la décision, puisqu’elle n’est pas avec effet immédiat à partir de la rentrée.

Il précise pourtant devoir vérifier la faisabilité juridique, ce qu’il s’est engagé à faire.

Au final, la délégation des « Villes de France », a eu en face d’elle, un Ministre très ouvert qui n’a pas écarté les sujets délicats.

Avec force, il a rappelé que l’enseignement ne peut réussir qu’avec le partenariat des « territoires », où les élus locaux auront leurs propositions à faire valoir.

Pour lui, a-t-il dit, le partenariat est une plus-value, qui garantira au mieux la réussite des réformes à venir.

Ouvertement, j’ai souligné que cette façon de voir les choses, est à l’opposé des positionnements tranchés, de ses derniers prédécesseurs, où la « doctrine » l’emportait souvent sur la raison.

Gilbert MEYER
Maire de Colmar

Président de Colmar Agglomération

Aucun commentaire:

Publier un commentaire