lundi 15 octobre 2018

Mot de la semaine n° 418 du 15 octobre 2018 - Montagne Verte


Les travaux liés à la réalisation du parking souterrain de la Montagne Verte ont débuté le
1er octobre. Ils s’achèveront au mois de novembre 2019, avec à la clé une nouvelle offre de stationnement (705 places) couplée à un parc urbain arboré de 1,5ha accompagnant les rives de
la Lauch, en continuité de la coulée verte existante.

L’espace restructuré de la Montagne Verte va constituer une nouvelle entrée au cœur de ville par la création d'accès piétons majeurs, reliant la rocade qui ceinture le centre-ville aux principaux axes piétons (rue des clés, Grand-Rue). Les accès aux équipements du secteur seront également réorganisés et mis en valeur par les liaisons douces.

Cette opération importante d’aménagement va offrir un nouveau cadre de vie pour les riverains et l'ensemble des Colmariens, en offrant tout à la fois une esplanade ouverte et libre, un nouveau lieu arboré de détente et de jeux et un véritable espace vert, doté d’une forte diversité végétale, faisant écho au parc du Champ de Mars.

De par sa localisation stratégique dans le cœur historique, ce projet va aussi impulser de nouvelles dynamiques, notamment en matière de commerces. En effet la suppression de la friche actuelle ne peut être que hautement une valorisation pour tous.

De plus, la capacité de stationnement complémentaire offerte par le parking permettra de répondre aux besoins des projets d'urbanisme à travers l’établissement de concessions. De trop nombreux projets sont en effet bloqués à l'heure actuelle au centre-ville par manque de places de stationnement, avec les conséquences qui en résultent dans les domaines de l’économie et de l’emploi.

  1. Le parc de stationnement sera ouvert 24h/24 et constituera une sorte de parvis pour les équipements alentours.

Les usagers potentiels sont multiples : habitants du centre-ville, clients des commerces du centre-ville, visiteurs, usagers du complexe sportif de la Montagne Verte ou du Pôle média culture Edmond Gerrer, clients du marché couvert et des marchés hebdomadaires.

Un système d'abonnement et de concession à long terme sera mis en place. A l'instar des autres parkings en ouvrage de la Ville de Colmar, le parking souterrain de la Montagne Verte sera un parking payant, et géré en régie par du personnel municipal.

Les répercussions de ce projet en matière de déplacement doux iront bien au-delà du périmètre de la Montagne Verte. L'aménagement en question permettra en effet la suppression ultérieure des 102 emplacements de la Place de la Cathédrale, favorisant ainsi la piétonisation progressive de l'hypercentre.

  1. Le parc urbain, en surface, constitue aussi une réelle innovation, tant du point de vue économique et social que paysager.

Il se caractérise par une mixité des fonctions. Sa localisation en fait une porte d'entrée du
centre-ville tant pour les habitants du quartier, les clients des commerces et des services du centre-ville, que pour les visiteurs. Il revêt un caractère de centralité et/ou de nœud du quartier, à la fois lieu de passage et de rencontre. Il crée le lien entre les différentes occupations existantes à savoir les zones d'habitations, les équipements donnant directement sur la place (Pôle Média Culture, gymnase et plateau sportif) et ceux à proximité (Marché couvert, parking Saint Josse, collège Victor Hugo...). L'aménagement de ce site permet dans le même temps de traiter et de valoriser les accès à ces équipements structurants.

Le site sera couvert par le réseau wifi (tout comme la place du 2 Février, de l’autre côté du PMC) de manière à répondre à une demande croissante d'espaces connectés en ville. Cette « fenêtre » sur le monde trouvera tout son sens s'agissant d'un lieu attenant au Pôle Média Culture avec, en parallèle, l'objectif de créer un lieu attractif, ludique et multigénérationnel.

La diversité des espaces récréatifs proposés permettra de répondre aux attentes des citoyens de toutes les tranches d'âges. Deux aires de jeux pour enfants sont prévues, avec certains agrès totalement innovants par rapport à ceux en place dans les aires actuellement existantes à Colmar. S’ajouteront un boulodrome et des agrès pour adultes permettant de proposer un nouveau parcours sportif en ville, au cœur du parc arboré, loin des nuisances liées aux circulations motorisées.

Ce parc est donc conçu pour devenir un lieu de rencontre multigénérationnel, ludique et convivial, un espace de respiration en centre-ville.

L'innovation paysagère du parc arboré réside dans sa conception. Il comportera 1,50 mètre d'épaisseur moyenne de terre végétale sur la dalle haute du parking, donnant la possibilité de planter des sujets de grande taille. Cet aménagement donnera ainsi à court/moyen terme l'aspect d'un parc en pleine maturité. La conservation des sujets les plus intéressants, notamment ceux situés rue de la Montagne Verte, renforcera encore davantage cette perception et constituera un réel espace de fraîcheur en période estivale.

Au sein du Parc, en plus des axes de cheminement principaux, il sera possible de rejoindre les itinéraires secondaires, plus calmes et moins fréquentés, pour le promeneur en quête d'espaces de repos. L'un des objectifs de ce parc est en effet de créer une réelle mise en scène végétale et florale (variée et évolutive) et de proposer une diversité d'ambiances.

Le mobilier urbain sera également innovant car très largement intégré à l'aménagement et aux éléments paysagers. Les légères différences de niveaux de terrain, liées notamment aux fosses de plantations, seront mises à profit avec l'installation de banquettes.

Un espace planté sera également aménagé sous forme de « jardin olfactif », en s'appuyant sur une diversité florale.

Enfin, l'intérêt patrimonial du site sera souligné par la mise en valeur partielle des remparts historiques. Une ligne métallique sera positionnée sur les emplacements des remparts non visibles, découverts lors des fouilles archéologiques réalisées sur le site. Les anciens reliefs végétalisés seront rappelés par la création d'une émergence agrémentée d'une série de banquettes tournées vers le cours d'eau de la Lauch, en limite Sud-Est du site.

La réalisation de ce projet va donc permettre une mise en valeur du patrimoine historique, en rendant visible une partie des fortifications aujourd’hui ensevelies.

  1. Une démarche de développement durable

L'accessibilité et l'équité ont été recherchées dès la conception du projet. La réglementation en matière d'accessibilité sera bien entendu respectée pour le parking et pour le parc en surface. Un travail a été mené sur la répartition équitable des accès au parking souterrain et aux équipements environnants.


Les revêtements de sols employés pour les aires de jeux rendront ces dernières accessibles pour les personnes en fauteuil roulant. D'une manière générale, les espaces de jeux ont été pensés de manière à être accessibles au plus grand nombre, et donc aux personnes à Mobilité Réduite (PMR).

Une part belle sera réservée aux piétons et aux modes de déplacement doux à travers de nombreux emplacements de stationnement vélos couverts dont une partie sera équipée d'un contrôle d'accès.

Le nouvel espace paysager permettra de lutter contre le phénomène d'îlot de chaleur urbain en période estivale notamment, avec l'apport d'espaces ombragés et grâce à l'évapotranspiration des plantes. L’aménagement s'inscrit bien évidemment dans la démarche de gestion différenciée des espaces verts de la ville, et répond aux exigences d'entretien du « zéro pesticides ».

La gestion des eaux pluviales sera nettement améliorée, privilégiant le principe de gestion à la parcelle, par infiltration. Seules les eaux d’égouttures collectées sur les niveaux du parc de stationnement souterrain et au niveau de la rampe d'accès seront évacuées vers le réseau public d’assainissement, après avoir été prétraitées.

Par ailleurs, la conception de l'éclairage du parc vise à garantir le respect des riverains, la limitation des nuisances nocturnes et la pollution lumineuse. Dans un objectif d'économies d'énergie, l'éclairage sera réduit une partie de la nuit.

  1. Le coût de l’opération et l’intervention des partenaires

-        parking : 20 781 530,32 € HT*
-        parc urbain et divers : 4 365 000 € HT (soit 5 238 000 € TTC)

Financement :

-        Région Grand Est                                                          500 000 €
-        Colmar Agglomération                                                 1 383 000 €
-        Etat (fonds de compensation de la TVA)                       859 242 €
-        Ville de Colmar (solde)                                               23 277 288,32 €

Il faut relever que cet investissement s’ajoute aux projets proposés lors des élections municipales de 2014.

Il porte à 35 M €, les investissements supplémentaires réalisés durant le mandat. Faut-il aussi rappeler que ce nouveau financement de plus de 24 M € sera assuré par la Ville, avec le maintien pendant 6 ans, des taux de la fiscalité locale, donc sans augmentation.



Gilbert MEYER

lundi 8 octobre 2018

Mot de la semaine n° 417 du 8 octobre - Fête de l'énergie


L'âge d'or des "Trentes Glorieuses", cette période où l'on pouvait, entre autres, dépenser l'énergie sans compter, est révolue. La société a vécu de profonds changements. L'explosion démographique en Afrique et en Asie, conjuguée à la raréfaction des ressources naturelles, entraîne de graves conséquences écologiques. Sans compter celles liées à l'émergence de nouvelles puissances industrielles telles que la Chine, l'Inde, le Brésil.

Nous ne pouvons plus agir comme si rien n'avait changé. Il nous faut adapter nos modes de vie et de consommation aux contraintes de notre temps. Sans pour autant revenir à l'âge de pierre ! Le mix énergétique vers lequel il faut tendre laisse une place réduite aux énergies fossiles pour favoriser les énergies renouvelables : éolien, solaire, biomasse, hydraulique et géothermie.

Localement, je veille avec mon équipe à ce que toute question afférente à l'énergie s'appuie sur
2 critères essentiels : la consommation d'énergie finale nette et les émissions de CO2.

A quelques mois des élections européennes (26 mai 2019), les décisions visant à protéger l'environnement doivent être prises pour être efficaces, en commun au sein de l'Union Européenne. Transition énergétique, écologique et Europe, sont indissociables. Voilà un bel enjeu pour nourrir les débats qui surgiront à la faveur de ces élections ! C'est d'autant plus nécessaire que les questions énergétiques et environnementales constituent un moteur pour l'Europe, mais aussi une source d'emplois et de croissance économique !

Localement, la 6ème édition de la Fête de l’Energie s’est déroulée le 29 septembre dernier, place de la mairie.

L’organisation de cet évènement est née de l’étroit partenariat que nous entretenons, depuis de nombreuses années, avec l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et la Région Grand Est. Cette fête a aussi été l’occasion pour moi d’exprimer toute ma reconnaissance à l’action collective menée dans ce domaine par les différents acteurs, dont les associations.
J’ai aussi rappelé que le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France. Il représente 43 % de la consommation en énergie finale, dont 2/3 dans le secteur résidentiel, et plus d’1/4 des émissions de gaz à effet de serre. Les dépenses d’énergie constituent en moyenne 6 % du budget des ménages, atteignant parfois plus de 10 % du budget des ménages les plus modestes. C’est dire combien la rénovation énergétique de l’habitat est prioritaire.
Cette thématique constitue d’ailleurs un axe stratégique de la politique de développement durable de Colmar Agglomération. Illustration à travers quelques exemples d’actions menées sur le territoire :

-        la réalisation d’une thermographie aérienne permettant aux habitants de visualiser les déperditions thermiques en toiture et favorisant la réalisation de travaux de rénovation énergétique.

-        la création d’un Espace INFO ENERGIE (programme soutenu par l’ADEME et la Région) : deux conseils renseignent les particuliers, de façon indépendante et gratuite, sur toutes questions relatives aux économies d’énergie et aux énergies renouvelables (6 000 contacts depuis sa création, en 2009)

-        la mise en place d’une plateforme de rénovation énergétique OKTAVE (programme également soutenu par l’ADEME et la Région) pour la rénovation des maisons individuelles au niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation) : 8 chantiers en cours ou finalisés

-        la création d’un dispositif d’aides à la rénovation énergétique et au développement des énergies renouvelables dans l’habitat privé, en partenariat Colmar Agglomération - VIALIS (aides pouvant aller jusqu’à 6 000 € / logement).
Depuis le début de l’opération, plus de 3 500 opérations aidées par Colmar Agglomération et VIALIS.
Montant global des travaux mis en œuvre : 16 M€
Montant des aides versées : 1,6 M€ par la Colmar Agglomération et 1 M€   par VIALIS.
15 000 T CO2 évitées (1 tonne CO2 = une année de chauffage d’un appartement 3 pièces).


-        le programme d'énergie sur les bâtiments municipaux : diagnostics thermiques, travaux de rénovation énergétique, développement des énergies renouvelables : minimum 1M€  d’investissement, chaque année.

-        la création des Trophées de l’Energie (partenariat Ville, VIALIS, SCCU, Espace Info Energie et Plan Climat) pour récompenser les habitants de l’agglomération ayant entrepris des travaux de rénovation énergétique exemplaires. Enveloppe globale des prix :
12 000 €.

-        la lutte contre la précarité énergétique avec la distribution plus de 5 000 packs d’économies d’énergie, accompagnée d’actions de sensibilisation en direction des foyers les plus vulnérables. Ces résultats ont été significatifs, notamment en terme de consommation d’eau : certaines familles ont divisé leur facture par 4 !

-        la construction de la chaufferie bois-énergie d’une puissance de 8 méga watts, 19 000 logements raccordés. Une économie de 2 400 tonnes de fioul lourd et une réduction de 30% des rejets, soit l’équivalent de 7 Tonnes/an de CO2 et de 50 tonnes de soufre/an.
De plus, l'abonné bénéficie d’un taux de TVA réduit à 5,5 %, contre 20 % pour les énergies fossiles (ex : pour un logement de 3 pièces, cela représente une économie de près de
100 €/an, sans compter les frais d’investissement et d’entretien évités par rapport à une chaudière individuelle).

-        Et le dernier né : la création d’un cadastre solaire en partenariat avec le Conseil départemental du Haut-Rhin. Ce cadastre permet aux particuliers de déterminer en quelques clics le potentiel solaire des toitures de leur habitation, et donc d’évaluer la pertinence d’une installation solaire de la toiture. Il s’agit d’un outil phare du Grand Pays de Colmar en faveur de la transition énergétique

Le « Village » de l’énergie organisé le 29 septembre a été un événement ludique et convivial. Les animateurs des quelque 20 stands ont rencontré plus d’un millier de Colmariens tout au long de la journée. Ils leur ont donné leur envie d’agir, afin de réduire leur consommation d’énergie et d’alléger leur facture énergétique.


Gilbert MEYER

lundi 1 octobre 2018

Mot de la semaine du 1er octobre 2018 - n°416 - Navettes électriques


Dans le domaine de la transition énergétique, il n’y a pas de petit geste, de petit pas, de petite avancée. Chaque progrès, chaque engagement compte !

Devant l’urgence environnementale, sujet majeur, je tiens à poursuivre, avec mon équipe, notre engagement naturel en faveur de l’environnement. Il y a les politiques publiques que nous impose la loi (comme le zéro phytosanitaire), mais il y a aussi les autres : celles qui résultent d’une volonté politique, d’un choix. Tel est le sens de notre démarche, celui d’une politique volontariste. Celle-ci s’est déjà concrétisée, depuis plusieurs années à travers une série d’actions :

ü  Transport

·   aide à l’acquisition de vélo (près de 20000 dossiers foyers colmariens bénéficiaires, pour un montant total de 2 M €.
·   développement des pistes et voies cyclables
·   achat groupé  de véhicules électriques avec les SEM (VIALIS, SCCU, Colmarienne du logement)
·   création de bornes de recharge pour véhicules électriques dans les parkings de la Ville
·   achat de bus propres fonctionnant au gaz naturel véhicules
·   création de parkings de covoiturage

ü  Habitat/Bâtiment :

·   aide à la rénovation énergétique de l’habitat privé :
o   depuis la mise en place du dispositif en 2009 et jusqu’à
mi-2018, environ 3 500 opérations de travaux de rénovation énergétique de l'habitat privé ont été aidées par Colmar Agglomération ;
o   le montant des travaux de rénovation thermique mis en œuvre par les entreprises et servant d'assiette au calcul des aides pour les particuliers s'élève à environ 16 M € sur l'ensemble de Colmar Agglomération ;
o   sur cette période 2009/mi-2018, le montant des aides pour les particuliers représente environ 1,6 M € versés par la collectivité, montant auquel on peut ajouter environ 1 M € versé par VIALIS aux particuliers dans le cadre du partenariat conclu avec cette société.
·   programme de rénovation énergétique des bâtiments publics
·   mise en place d’une chaudière au bois pour le réseau de chaleur urbain
·   cadastre solaire pour évaluer le potentiel photovoltaïque des toitures.

Nous venons de franchir un pas supplémentaire. En effet, afin d’améliorer la mobilité en centre-ville, et dans le cadre de la signature de la convention « Action cœur de ville », Colmar Agglomération a décidé de mettre en place, d’ici 2019, des navettes électriques desservant l’hyper-centre de Colmar.  Dans cette perspective, Colmar Agglomération et le réseau Trace ont expérimenté, du lundi 17 au vendredi 21 septembre, une navette effectuée à l’aide d’un minibus 100 % électrique.





Pourquoi une navette électrique ?

Colmar a été l’un des premiers réseaux français à faire le choix d’une mobilité verte grâce aux investissements effectués dans la motorisation gaz naturel, carburant écologique par nature, pour remplacer le gazole traditionnel nettement plus polluant.
Depuis 1997, chaque bus acheté pour le réseau Trace est équipé d’un moteur fonctionnant au gaz naturel qui contribue à l’amélioration de la qualité de vie dans l’agglomération colmarienne. A ce jour, le réseau Trace dispose d’un parc de 40 bus dont 37 fonctionnent au GNV (gaz naturel véhicules).

 Colmar Agglomération poursuit aujourd’hui son engagement en faveur d’une politique de mobilité verte. Pour cette navette centre-ville, le choix s’est porté sur un véhicule électrique, plus adapté à une circulation au centre-ville grâce à des émissions sonores considérablement réduites et des émissions d’hydrocarbures, de fumées et de particules totalement nulles.

Un itinéraire test a été organisé dans le cœur historique de Colmar pour relier les principaux parkings situés sur son parcours : les parkings Rapp, Scheurer-Kestner, place de la cathédrale, montagne verte, Saint Josse avec une fréquence de passage d’environ 30 minutes. Deux zones
Stop & Go, situées près du musée Unterlinden et dans les secteurs cathédrale, ancienne douane, marché aux fruits, ont permis aux usagers de monter à bord de la navette et d’en descendre à tout moment.

Pendant la période de test, l’accès à la navette a été totalement gratuit.

Il est prévu d’acquérir 4 véhicules électriques lors de la pérennisation de cette navette centre-ville, d’ici avril 2019. Des réflexions complémentaires seront menées d’ici là pour cerner au mieux l’itinéraire à desservir.

Les caractéristiques techniques du véhicule

Convivial et compact, tout en étant spacieux et lumineux, le minibus 100 % électrique peut accueillir jusqu'à vingt-deux personnes, dont 8 places assises et un emplacement UFR (Usager en fauteuil roulant). Pour la période test grandeur nature, un modèle Bluebus a été prêté par l’un des constructeurs présents sur ce marché, la société Bolloré. D'une longueur de 5,46 m, équipé de batteries LMP® (LITHIUM MÉTAL POLYMÈRE), il dispose d’une autonomie de 120 km minimum et peut rouler jusqu'à 50 km/h. Le temps de charge des batteries s'élève à 8 h.

Les batteries positionnées sur le toit du véhicule ont permis la conception d’un plancher totalement plat, qui garantit une accessibilité à tous types d’usagers. Cette disposition présente également l’avantage d’éviter toute manutention du remplacement du pack batteries en cours d’exploitation.

L’essai réalisé a permis de tester ce modèle de véhicule, de mesurer sa consommation et son autonomie et de vérifier les éléments techniques tels que l’itinéraire et la fréquence.

Un bilan très satisfaisant

354 usagers en 5 jours, avec des appréciations très positives dans le cadre de l’enquête de satisfaction menée (cliquer).

lundi 24 septembre 2018

Mot de la semaine n° 415 du 24 septembre - JAZZ


Lorsque ce « Mot de la semaine » sera mis en ligne, la 23ème édition du Festival de jazz sera terminée. Depuis son lancement en 1996, le festival peut se targuer d’avoir accueilli les musiciens de jazz les plus importants de ces dernières années. Les célèbres jazzmen venus tout spécialement des Etats-Unis et d’ailleurs pour se produire sur la scène colmarienne se comptent aujourd’hui par dizaines !

D’année en année, le festival conserve sa ligne directrice entre fidélité aux fondamentaux du jazz, proposition de nouveaux espoirs, ouverture internationale et mise en lumière de talents locaux. On vient au festival pour s’immerger dans un océan de sonorités, qui sont celles du passé, du présent et de l’avenir. On vient y deviner les frémissements des nouveaux rythmes. Cette double aspiration à rappeler le patrimoine inouï légué par les plus grands, et à inventer les alliances sonores de demain, fait l’attrait de la manifestation.

Mais si l’événement a rallié une nouvelle fois les suffrages de nombreux adeptes, c’est d’abord en raison d’une programmation à la qualité remarquable.

Cette édition 2018 a été portée par un vent nouveau, car nous avons voulu un programme éclectique, dynamique, et ouvert à 360 degrés pour faire le tour d’une musique centenaire et éternellement novatrice. Rester ancré dans l’histoire du jazz, toujours se renouveler et programmer en 6 soirées, un plateau exceptionnel, c’est la ligne de conduite qui a présidé à l’organisation de la manifestation.

Tel est l’ADN de notre festival. Tel est notre cahier des charges, car la musique est un fort levier culturel. La partager fait partie de nos ambitions, comme l’est le fait de réussir à toucher aussi bien le néophyte que le spécialiste à chaque édition du festival.

C’est aussi le moyen d’inscrire le jazz dans la vie de la cité, pas uniquement pendant le festival, mais durant toute l’année. Cet événement est d’autant plus remarquable qu’il est organisé en « régie » par le service communication de la Ville de Colmar.

Jazz musette, jazz pop, jazz/blues, jazz acoustique, New Orleans revisité, jazz contemporain, jazz des années 50/60, jazz électro rock … autant de coloris jazzy qui ont résonné lors de ce festival, avec en outre deux soirées thématiques mettant à l’honneur les femmes et les groupes issus de la région.

L’identité affirmée de notre festival, c’est donc une programmation défendue depuis toutes ces années : un jazz à la fois exigeant et accessible, un jazz sans compromis, un jazz universel, sans frontière, ouvert sur le monde et interrogeant le monde. Les 5 concerts à Colmar ont suscité une ambiance extraordinaire parmi les spectateurs présents.

Mais le festival de jazz à Colmar, ce sont aussi :

·         Des apéros jazz qui se sont déroulés dans des bars de la ville, avec l’aide du Collectif des Bars mais aussi dans des hôtels, restaurants, musées …
·         Un concert de jazz organisé avant la séance de cinéma de plein air dédiée au jazz durant cet été
·         Une conférence, « L’histoire du jazz en France »




·         Des expositions avec un retour en images sur le festival de jazz de Colmar au pôle média-culture Edmond Gerrer, à la salle Europe, et dans le hall de la mairie.
·         Des actions et des projets pédagogiques pour des élèves du Conservatoire à Rayonnement Départemental et les jeunes Colmariens

Notre festival, c’est aussi un festival off qui a investi le Grillen pour permettre à la passion musicale de se diffuser gratuitement.

Les partenaires de la manifestation, ont été nombreux. Au-delà des institutionnels à savoir la Région Grand Est et le Département du Haut-Rhin, je veux citer : le journal l’Alsace, l’immobilière Bartholdi, Schoenenberger, Vialis TV7, la SCCU, la Colmarienne des eaux, HYPER U, Pôle Habitat, Besoin d’R, HDR, Maetva, la Trace (qui, outre sa participation financière, a organisé après chaque concert une navette gratuite pour rejoindre le centre-ville), le Crédit Mutuel, Decaux, Pictural, Armindo, la Pâtisserie Clergue, l’entreprise CLOR, Mongiello Plisson, Rauschmaier, sans oublier les nombreux sponsors techniques.

Aujourd’hui, le mécénat et le sponsoring de proximité sont fondamentaux pour soutenir un projet artistique. En affirmant chaque année leur soutien, nos partenaires se portent garants, aux côtés de la Ville, d’une culture de qualité pour tous.

Plus qu’un acte d’argent, le mécénat et le sponsoring sont des actes d’engagement, de véritables actes citoyens. A Colmar, nous avons su entretenir des liens très forts avec un réseau de partenaires fidèles. Ce soutien nous permet de maintenir la participation de la Ville de Colmar à hauteur de 35 000 € pour ce festival, alors que le budget de la manifestation tourne autour de 100 000 €. Quand on voit le nombre de festivals supprimés ici ou là dans notre pays en raison des coupes budgétaires, on ne peut que se réjouir de voir notre Festival s’enraciner durablement dans le calendrier déjà bien rempli des grandes manifestations organisées par la Ville.

Le jazz n’est pas forcément un style de musique qui rassemble les jeunes. Pourtant, à Colmar, nous menons des actions pour les attirer vers le Festival. Ainsi les élèves et les enseignants du Collège Berlioz ont réalisé l’interview de Hugh COLTMANN, cet « explorateur » du patrimoine du jazz, l’une des têtes d’affiche de la présente édition. Par ailleurs, les élèves de la classe Ulis du Collège Pfeffel ont présenté leurs travaux, salle Europe, dans le cadre de l’exposition sur l’histoire du Festival.

Désormais, cap sur le festival du Film qui aura lieu du 14 au 20 octobre au complexe CGR !




Gilbert MEYER