lundi 7 octobre 2019

Mot de la semaine n° 469 - SAS


J’ai organisé le 26 septembre dernier une conférence de presse pour annoncer, entre autres, le choix du site retenu pour la création à Colmar d’une Structure d’Accompagnement vers la Sortie (SAS).

L’occasion m’était ainsi donnée de remettre en perspective ce dossier avec comme objectif principal la consolidation du pôle judiciaire colmarien, et par-delà la satisfaction de l’intérêt général, exigence incontournable à mes yeux.

Nous savons tous en effet combien il est important, pour l’avenir de la Ville et de son agglomération, que Colmar, siège de la préfecture du Haut-Rhin, soit renforcée dans son rôle de capitale judiciaire.

Nous savons aussi que le bâtiment accueillant l’actuelle Maison d’Arrêt, rue des Augustins, est frappé de vétusté et que la surpopulation carcérale est devenue systématique dans l’établissement.

La programmation d’une nouvelle maison d’arrêt à Colmar, telle qu’elle avait été annoncée par le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, au printemps 2017, nous rassurait déjà quant au maintien d’une administration pénitentiaire de proximité, venant compléter et conforter l’organisation de la chaîne judiciaire à Colmar. Cette assurance a encore été confortée à travers le dispositif national « Action Cœur de Ville » au sein duquel Colmar et son agglomération ont été retenues.

Je n’ai eu de cesse que de vouloir conforter la place de territoire à rayonnement régional de Colmar et de son agglomération. Ma persévérance a porté ses fruits : la construction à Colmar d’une structure d’accompagnement vers la sortie (SAS) de 120 places a été donc intégrée dans le plan immobilier pénitentiaire élaboré au niveau national. Il s’agit d’un établissement d’un genre nouveau qui vise à accueillir des condamnés à des peines de moins d’un an ou des condamnés finissant leur temps de détention pour préparer de manière active leur sortie. Ainsi, à côté des places très sécurisées ou à sûreté adaptée construites au sein de maisons d’arrêt (type maison d’arrêt de Lutterbach à venir), les SAS sont créées pour accueillir des condamnés qui finissent leur temps de détention. Il ne s’agit donc pas d’une Maison d’Arrêt.

Les détenus y bénéficient d’une prise en charge renforcée, pilotée par le service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP). De même, inscrits dans un parcours de formation et/ou d’accès à l’emploi, ils seront capables de vite s’adapter à la vie en collectivité.

 Seize sites ont été retenus au plan national. Colmar fait donc partie de cette sélection. Il est le dernier accepté par la Garde des Sceaux pour la période 2018/2022.

Parallèlement, l’utilisation des surfaces de l’actuelle Maison d’Arrêt dans le projet de restructuration du Tribunal de Grande Instance va tout à fait dans le sens de la consolidation du pôle judiciaire de Colmar.

Il restait à définir l’unité foncière devant accueillir cette structure d’accompagnement vers la sortie. Cette question a fait débat. Elle a même déchaîné les passions chez les habitants du quartier « Sud ».

J’ai entendu et écouté les réactions des uns et des autres s’opposant à l’implantation entre la route de Rouffach et le chemin des Maquisards, au sud de la ville, du centre pénitentiaire initialement envisagé. Je m’étais engagé, en réunion de quartier, à tenter d’autres possibilités.

Il est certain que passer d’un projet de centre pénitentiaire d’une capacité de quelque 500 à 600 places à une SAS de 120 places seulement, a permis d’affiner la réflexion concernant le choix du site.

Le besoin foncier s’en est trouvé, en effet, très largement diminué : de quelque
10 ha, nous arrivons à 2 ha environ. Nulle part ailleurs que dans le périmètre envisagé initialement, la Ville ne disposait de 10 ha. En revanche, le besoin foncier pour la SAS, circonscrit à hauteur de 2 ha, pouvait être satisfait à travers des surfaces propriété de Colmar Agglomération, rue d’Agen à Colmar.

C’est la proposition que j’ai faite aux services de l’Etat en lieu et place du terrain route de Rouffach. Cette proposition a été donc validée, car présentant de nombreux points forts : implantation dans un périmètre qui s’y prête, proximité d’un arrêt du réseau de bus Trace, proximité du SPIP, et d’une Agence Pôle Emploi au sein de l’espace MILUPA voisin, desserte du site par le réseau du chauffage urbain …

L’image de la nouvelle structure, de petite taille, viendra rompre avec les codes pénitentiaires traditionnels. Son architecture, contemporaine et de qualité, s’inscrira de manière harmonieuse dans le tissu urbain. Il est certain que tout écart de conduite d’un détenu à l’intérieur de la structure conduira celui-ci à un retour immédiat en centre pénitentiaire. Cet élément, conjugué à la qualité urbanistique de la construction, doit être de nature à apaiser les inquiétudes qui peuvent naître, chez les habitants du quartier. A titre d’exemple, ci-joint une esquisse de la future SAS (cliquer) qui va être construite à CAEN. L’architecture est remarquable.

Dans ce dossier, j’ai conservé un cap : celui de la Ville et de l’intérêt général, exigence d’une dimension incontournable à mes yeux.

Je pense que la solution trouvée, rue d’Agen, en accord avec l’Etat, est une bonne solution, adaptée aux spécificités du projet. Elle est d’autant plus opportune qu’elle contribue à conforter Colmar dans sa position de pôle judiciaire dans le « Grand Est ». Cet aspect-là était capital à mes yeux. Je suis aussi sûr, que cet établissement ne posera aucune contrainte au voisinage, mais qu’il permettra de surcroît une sécurisation accrue du secteur.

Il est clair que le moment venu, dès que l’architecture sera davantage arrêtée, je vais venir vers les habitants du secteur pour leur présenter le projet, et l’améliorer avec eux le cas échéant.

Voilà un aboutissement heureux de ce qui était indispensable à la Ville de Colmar, pour consolider son pôle judiciaire nécessaire au maintien de la Cour d’Appel et des autres structures judiciaires existantes.


Gilbert MEYER

vendredi 27 septembre 2019

jeudi 26 septembre 2019


J’ai appris avec une très profonde émotion le décès de Jacques CHIRAC. Avec sa disparition, se tourne une page importante de l’histoire de notre pays. S’achève une carrière politique exceptionnelle de plus de 40 ans, avec des responsabilités exercées à tous les niveaux. Cette disparition m’attriste parce que j’avais avec Jacques CHIRAC des relations personnelles privilégiées.

La France a perdu en sa personne un homme d’Etat emblématique, une personnalité hors du commun, toujours très proche de nos compatriotes qu’il aimait. Il avait tissé avec tous les Français des liens d’affection qui illustraient aussi sa passion pour notre pays. Nous voyons aujourd’hui que tous les Français se sont rassemblés autour de lui pour porter le deuil de notre pays.

Tout au long de sa vie politique, Jacques CHIRAC aura été soucieux du rayonnement de la France et de la défense de ses intérêts. Jacques CHIRAC était aussi une personnalité courageuse, aux convictions fortes, avec un engagement personnel de tous les instants. Doté d’un caractère entier, Jacques CHIRAC a puisé dans sa ténacité pour vaincre toutes les résistances. Il restera dans nos mémoires et dans l’histoire. Avec force, il s’était opposé à entrer dans la guerre contre l’Irak. Nos compatriotes ne s’y sont pas trompés en lui témoignant encore, ces dernières années, leur affection et leur reconnaissance. Il était devenu le Président préféré des Français…

A titre personnel, je suis bouleversé. Jacques CHIRAC aura en effet marqué de son empreinte, dans la foulée du Général DE GAULLE, ma propre vie politique. Je lui ai toujours témoigné une fidélité sans faille, ce qu’il a d’ailleurs reconnu à maintes reprises avec amour. J’aurai eu, et tous les Colmariens avec moi, l’immense honneur de l’accueillir à 2 reprises, en 1998 et en 2001, en tant que Président de la République. L’engouement populaire avait été, à chaque fois, extraordinaire. Précédemment, il avait aussi honoré la Ville de Colmar de sa présence à plusieurs reprises.

Jacques CHIRAC aura su rassembler jusqu’au dernier jour, tous les Français. Ce sont eux qui, aujourd’hui, étreints par une profonde émotion, lui rendent une ultime reconnaissance.

Gilbert Meyer, Maire de Colmar

Un livre d’or sera disponible dans le Hall de l’Hôtel de Ville, entrée Place de la Mairie, dès demain à partir de 8h30 afin que les Colmariennes et Colmariens puissent y transcrire leurs témoignages.

mardi 17 septembre 2019



Colmar fait un tabac à la télévision !


Audience TV du 14 septembre 2019 (source Médiamétrie) « Meurtres à Colmar » (France 3) en tête avec 4 196 000 téléspectateurs et 24 % de part de marché.

Elle devance TF1 de quelque 897 000 avec 3 299 000 téléspectateurs et 21,5 % de part de marché.

« Meurtres à Colmar » a donc fait le bonheur de France Télévisions et de la société de production Télécip, samedi 14 septembre, et contribue encore à renforcer l’attractivité de Colmar sur tout le territoire national.


 
Gilbert MEYER

lundi 16 septembre 2019

Mot de la semaine n° 466 - Laboratoire vétérinaire


Le 6 septembre dernier, la Société Protectrice des Animaux (SPA) a inauguré, au sein de sa structure, 47 chemin de la Fecht, un cabinet vétérinaire.

L’équipe gestionnaire de la SPA menée par son président, M. Pierre OWCZARSKI, a été animée par le souci d’améliorer sa gestion. En effet, le seul poste sur lequel elle était encore en mesure d’opérer des économies concernait les frais vétérinaires. Ceux-ci représentent entre 200 000 et 220 000 € annuels !

Avec une internalisation de ce service au sein de la structure, l’économie potentielle qui va en résulter s’élève à quelque 50 000€ par an.

Le cabinet vétérinaire réalisé comprend plusieurs locaux :

-        une salle d’accueil : 13,57 m2
-        une salle de consultation : 16,17 m2
-        une salle de préparation : 13,32 m2
-        une salle de chirurgie : 13,04 m2
-        dépendances (sanitaires, buanderie, vestiaire) : 11,58 m2

Mais aussi :

-        une salle de convalescence pour chiens : 9,12 m2
-        une salle de convalescence pour chats : 8,17 m2
-        une salle d’isolement pour chats contagieux : 8,17 m2

Le coût de l’opération s’est élevé à 200 000€ HT (travaux, honoraires de maîtrise d’œuvre, prestations annexes).

Sur ma proposition, le conseil communautaire de Colmar Agglomération a décidé de participer à hauteur du 20% du coût des travaux, soit une participation d’un montant de 27 500 € par rapport à une base subventionnable de 137 500 €.

Ce n’est pas la première fois que Colmar Agglomération intervient en faveur de la SPA. La collectivité a construit en 2013, sous mon impulsion, un nouveau refuge et une nouvelle fourrière, avec le partenariat financier du Département du Haut Rhin et de la SPA elle-même. Cet investissement n’a pas fait l’ombre d’une hésitation, et je m’en félicite.

L’inauguration du cabinet vétérinaire intervient alors que les abandons d’animaux se sont encore multipliés cet été. Notre pays détient, à ce niveau-là, un triste record…

Je ne pense pas qu’il existe une recette miracle pour endiguer ce phénomène. Peut-être la solution consiste-t-elle à actionner un ensemble de leviers, en particulier dans le domaine de l’éducation des enfants, à l’école …

C’est l’occasion de nous convaincre de la nécessité de certaines valeurs dont celles du respect, et du sentiment de sa propre dignité. Puisse ce sentiment en inspirer d’autres, parmi nos concitoyens.

La collectivité, quant à elle, continuera à faire le nécessaire pour le bien-être animal.

Gilbert MEYER

lundi 9 septembre 2019

Mot de la semaine n° 465 - Rentrée scolaire


La rentrée des classes marque de son empreinte la fin des douceurs de l’été et annonce la rigueur des trimestres à venir. Elle indique surtout que le temps passe et que nos enfants grandissent.

A peine ont-ils franchi, pour la première fois, le seuil de la « grande » école que, déjà, ils lui tournent les talons pour gagner le collège. Et pourtant, entre ces deux temps, cinq années sont passées …

Cinq années où des femmes et des hommes se sont voués entièrement à cette noble mission qui consiste à enseigner aux enfants la connaissance d’eux-mêmes et du monde qui les entoure. A les élever vers toujours plus d’autonomie. Cet engagement au service de l’avenir doit nous rappeler à tous combien le travail des institutrices et instituteurs est estimable.

De son côté, la Ville fait le maximum pour que la rentrée des classes se déroule au mieux et que les enfants bénéficient des meilleures conditions possibles. Le large éventail des mesures détaillées ci-dessous en témoigne fort éloquemment.

  1. L’aide à la scolarité

Cet engagement de la Municipalité, destiné à maintenir le pouvoir d’achat des familles colmariennes, est de 75 € pour l’entrée en CP et de 100 € pour l’entrée en 6ème. Le complément de 25 € (entrée en CP avec un 2ème enfant en élémentaire) est accordé aux familles colmariennes exonérées d’impôt sur le revenu.
Pour l’année scolaire 2018/19, cette mesure a concerné 1109 familles pour un montant de
101 550 €.
A partir de cette rentrée, l’aide n’est octroyée que si l’élève est effectivement présent le 1er jour de classe.

  1. L’aide à l’acquisition d’une tablette numérique

Depuis l’entrée en vigueur de cette mesure, 1 988 élèves en ont bénéficié pour un montant de 280 326,31 €. Pour tenir compte de la baisse sensible du coût d’acquisition de ces équipements, le montant de cette aide de 150 € maximum est passé à 120 € maximum depuis la rentrée 2017.

  1. La réduction de 30 % du coût de la restauration scolaire

Cette mesure sociale s’adresse aux familles colmariennes exonérées d’impôt sur le revenu pour les enfants scolarisés en écoles publiques et privées. Pour l’année scolaire 2018/19, 1 187 enfants en ont bénéficié pour un montant de 264 130 €.
Les familles ont la possibilité de demander aux services fiscaux une attestation pour faire valoir leurs droits à leur caractère « non imposable » à l’impôt sur le revenu, dans le cas où cette mention ne figurerait pas sur leur avis.

  1. L’aide personnalisée aux devoirs

Il s’agit d’un soutien gratuit pour les familles, par groupe de 4 élèves, dispensé par des enseignants à la retraite, les lundis, mardis, jeudis et vendredis : de 16h15 à 18h30 dans toutes les écoles élémentaires.

Au cours de l’année scolaire 2018/2019, ce sont 40 élèves par mois qui ont été suivis à raison de plusieurs séances par semaine. Pour certains élèves, le soutien se prolonge sur plusieurs mois, pour d’autres, il est ponctuel en vue d’une remise à niveau. Le coût annuel de ce dispositif est de 45 000 € pour la Ville.

  1. « Les Papy-Mamy trafic »

18 Papy-Mamy trafic continuent à assurer la sécurité des enfants aux heures d’entrée et de sortie des écoles. Ce dispositif concerne les 11 écoles élémentaires et 2 écoles maternelles (Les Magnolias et Les Roses) ainsi que les Instituts St-Jean et de l’Assomption.

Mais d’autres actions concrètes viennent compléter ces engagements.

a)      L’opération « Un fruit pour la Récré » :

Le dispositif « Un fruit pour la récré » permet la distribution de fruits dans les 14 écoles maternelles colmariennes bénéficiaires. Son but est de promouvoir la consommation de fruits frais et de susciter un travail autour de la nutrition et de l’équilibre alimentaire.

Cette distribution a lieu tous les 15 jours. Elle s’inscrit en soutien d’actions pédagogiques développées par le personnel enseignant tout au long de l’année, dans chacune des écoles concernées. Les fruits sont commandés par le service de l’enseignement primaire et distribués le jeudi matin, par une équipe de deux concierges.


b)     Le bio dans les cantines :

L’approvisionnement auprès des producteurs locaux a été porté à 50 % (pain compris) dont 35 % de produits issus de l’agriculture biologique. Cette mesure a permis de faire évoluer le comportement alimentaire des enfants, à travers une alimentation naturelle et locale.


c)      Le tri des déchets :

Dans le cadre du programme de sensibilisation au tri et à la prévention des déchets, les écoles maternelles et élémentaires publiques participent pour la 18ème année consécutive à la collecte des recyclables secs (papiers/cartons/bouteilles plastiques/canettes acier et alu).
Les classes de CE2 et de maternelles peuvent bénéficier à ce titre d’animations réalisées par des associations compétentes :

-        L’Observatoire de la Nature, avec l'animation sur la prévention et le tri des déchets pour les classes de CE2,
-        la Chambre de Consommation d’Alsace pour les classes maternelles, avec l'animation "Hop, la feuille" ayant pour thème le tri.

Depuis 2002-2003, la collecte des recyclables est également dotée de prix sous forme de subventions versées par Colmar Agglomération aux coopératives scolaires. Pour l’année scolaire 2018/2019, les écoles colmariennes publiques ont collecté 60,5 tonnes. 22 704 € de subventions ont été attribués.

De plus, les écoles le souhaitant ont pu assister au spectacle de fin d’année scolaire, organisé par Colmar Agglomération, à la salle Europe au mois de juin dernier. Le spectacle « minute papillon » produit par la compagnie Dounya avait pour thème l'environnement et les déchets, notamment les plastiques, sujet ô combien d’actualité. Plus de 2 088 enfants des écoles colmariennes y ont assisté.

Par ailleurs, toutes les cantines des écoles sont équipées de poubelles bio-déchets.


d)     L’équipement informatique :

32 nouveaux ordinateurs ont été installés dans les écoles élémentaires pour un montant de 30 336 € auquel il faut ajouter un montant encore plus important de 34 380 €, correspondant à la mise à jour des anti-virus.

19 TBI (Tableaux Blancs Interactifs) ont été mis en place pour un montant de 49 439 €, ce qui porte la dotation totale à 77 TBI (coût global : 239 939 €).

Par ailleurs, la mise en place de la sécurisation des bâtiments scolaires a été poursuivie pour la 3ème année consécutive. Coût : 181 235 € (groupes scolaires PFISTER, WALTZ, BARRES et les écoles maternelles La Fontaine et Muguets).

Enfin, différents travaux de câblage ont été effectués pour un total de 8 675 €.


e)      Les projets scolaires :

La Ville accorde une aide financière de 300 € pour les projets scolaires des écoles.
Pour l’année scolaire 2018/19, la Ville a ainsi soutenu 13 projets d’écoles, soit un soutien financier total de 3 700 €.


f)       Les BCD (Bibliothèques Centres Documentaires) :

Le crédit affecté pour l’achat de livres au profit des écoles, pour l’année 2019, s’élève à 44 700 €, dont 3 700 € consacrés à l’achat de livres rédigés en allemand.


g)      Le Programme de réussite Educative (PRE) :

Le Programme de Réussite Educative de la Ville de Colmar a été inscrit dans les enjeux et les objectifs du contrat de ville 2015-2020 passé avec l’Etat dans le volet « Réussite Educative ».

Ce dispositif partenarial (Etat, Ville, Conseil Départemental du Haut-Rhin, Caisse d’Allocations Familiales du Haut-Rhin, Education Nationale, Agence Régionale de Santé) permet de mettre en œuvre un accompagnement individuel et personnalisé pour des enfants et des adolescents entre 2 et 16 ans, rencontrant des difficultés scolaires, éducatives, sociales et/ou de santé. Son objectif est d’augmenter les chances de réussite des enfants et des adolescents des quartiers prioritaires de la Ville (Europe/Schweitzer et Florimont/Bel’Air), et de favoriser leur épanouissement et leur bien-être. Il s’attache également à aider les familles à exercer pleinement leur mission et leur rôle éducatif.

Les enfants entrant dans le PRE sont repérés par des enseignants, des éducateurs et/ou des animateurs de structures périscolaires. 9 enfants ont déjà fait l'objet d'une prise en charge depuis la mise en place des équipes pluridisciplinaires de soutien en avril 2019.
Sont concernés par ce dispositif, les établissements scolaires classés en Réseau d’Education Prioritaire (REP et REP+), c’est-à-dire les collèges Molière et Pfeffel, les groupes scolaires Brant, Waltz, Saint Exupéry, Anne Frank, Pfister et les écoles maternelles Géraniums, Coquelicots, Violettes, Primevères, Lilas, Pâquerettes.


h)     La Dictée du Tour de France :

A l’occasion de l’étape colmarienne du Tour de France, la Dictée du Tour a été organisée le vendredi 29 mars 2019. Le texte de la Dictée a été lu dans chaque classe par des élus et ambassadeurs de la Ville.

227 élèves CM2 de 6 écoles élémentaires (MACE, SERPENTINE, PFISTER, WICKRAM, BARRES, HIRN) ont participé à cette animation autour du Tour de France. Les 8 gagnants colmariens (1 élève CM2 / classe participante) ont été invités, le 10 juillet dernier, à vivre « leur Tour » : accès au Village du Tour, à la tribune à l’arrivée, au podium, signature avec les coureurs, découverte des coulisses du Tour, …


i)       L’interdiction de fumer aux abords des écoles :

A compter de la rentrée de septembre 2019, les écoles maternelle et élémentaire « Sébastien Brant » seront le lieu d'expérimentation d'une nouvelle mesure, celle de l'interdiction du tabagisme aux abords des écoles.

Cette mesure vient en complément de celle déjà adoptée pour les aires de jeux il y a 4 ans. Fruit d'une réflexion des parents d'élèves lors du conseil d'école, elle vise à éviter l'exposition des enfants aux substances nocives liées au tabac. Elle devrait permettre également d'assurer une plus grande propreté des voies publiques  en raison de l'absence à venir des mégots de cigarette.
Un arrêté municipal en date du  2 août 2019 a été pris dans ce sens. Il en coûtera 38 € à tout contrevenant.
Cette expérimentation pourra, le cas échéant, être étendue à d’autres écoles, sur demande des conseils d’école.


j)       Themis - l’Odyssée citoyenne :

Forte de son expérience en matière d’actions d’éducation à la citoyenneté menées en partenariat avec l’Education Nationale, l’association Themis développe depuis novembre 2017 des interventions sur la Ville de Colmar. Intitulée « l’odyssée citoyenne », l’action menée de novembre 2017 à juin 2018 constitue un véritable apprentissage à la citoyenneté. L’odyssée citoyenne a été reconduite pour l’année scolaire 2018/19 et s’adressait à 250 élèves (dont 210 issus des quartiers prioritaires) de CM1 et CM2 de 10 classes des 5 écoles élémentaires suivantes : Waltz (2 classes), Brant (2 classes), Frank (2 classes), St Exupéry (2 classes), Barrès (2 classes). La Ville soutient financièrement ce projet à hauteur de 20 000 € par le biais du Contrat de Ville. Une 3ème édition aura lieu pour l’année scolaire 2019/2020. L’appel à candidature des écoles est en cours.

k)     Dans le domaine sportif :

Gratuité d’accès aux gymnases, stades et courts de tennis et gratuité des transports.

Mise à disposition de 3 éducateurs territoriaux des activités physiques et sportives dans les équipements sportifs de la Ville à hauteur de 60h / semaine pour l’enseignement de l’EPS, et de 85h / année scolaire pour l’enseignement du ski.

Patinoire : la Ville prend en charge la mise à disposition du matériel (5,50 € / enfant) et le coût de l’heure de glace, soit 92 €.

Piscine : gratuité d’accès pour les écoles publiques et mise à disposition gratuite d’un MNS (Maître-Nageur Sauveteur) pour l’enseignement de la natation.


l)       Dans le domaine culturel :

Musée Unterlinden : l’entrée est gratuite pour les enfants de moins de 12 ans. La visite/atelier (accompagnement pédagogique) s’élève à 100 € mais elle est gratuite pour les écoles situées dans les quartiers prioritaires (Europe/Schweitzer et Bel’Air/Florimont) au sens de la politique de la ville.

Musée Bartholdi : Gratuité pour les enfants de moins de 18 ans.

Musée du Jouet : Gratuité pour tous les jeunes scolarisés dans les écoles de Colmar. Uniquement dans le cadre de sorties scolaires des écoles colmariennes

Museum d’Histoire Naturelle : Pour les écoles maternelles et élémentaires, la visite libre reste gratuite.

L’accès aux spectacles jeune public (Théâtre, Grillen et Centre Europe) et à la salle de spectacle Europe pour les spectacles à destination des scolaires bénéficie d’un tarif préférentiel de 4 € pour les élèves colmariens et de 5 € pour les élèves non colmariens.





                     Gilbert MEYER

lundi 2 septembre 2019

Mot de la semaine n°464 - Marché Couvert


L’anniversaire du Marché Couvert, le 9ème cette année, est contemporain de la rentrée des classes. Il s’agit de deux évènements importants qui marquent la fin de la période estivale. Ils témoignent, pour l’un, du dynamisme des commerçants qui ont pris le risque, il y a 9 ans, d’investir aux côtés de la Ville dans la halle rénovée, pour l’autre, des efforts accomplis pour la Collectivité pour permettre à nos enfants de vivre leur scolarité dans les meilleures conditions possibles (le prochain Mot de la Semaine sera consacré à ce sujet).

La Halle rénovée du Marché Couvert qui vient donc de fêter son 9ème anniversaire sur 3 jours, du 30 août au 2 septembre, est ouverte du mardi au dimanche (le dimanche, pour certains commerçants) de 8h (7h le jeudi, 10h le dimanche) à 18h (19h le vendredi, 17h le samedi, 14h le dimanche).

Au 1er septembre 2019, 21 commerçants (cliquer ici) occupent ce marché couvert.

Une association dynamique

Pour une meilleure organisation, les commerçants concernés se sont regroupés au sein d’une association (l’Association des Commerçants du Marché Couvert) présidée depuis l’origine par M. Pascal SALA. Cette association s’implique fortement aux côtés de la Ville pour faire vivre et animer ce lieu emblématique qu’est la Halle, à travers une programmation conviviale et festive tout au long de l’année : Pâques, fête des mères, semaine du goût, Noël …

Elle construit des partenariats avec d’autres associations pour les fédérer autour d’animations ambitieuses qui participent à l’attractivité du centre-ville, par exemple, avec :

-          les Vitrines de Colmar lors de l’opération Les 3 C qui aura lieu au mois d’octobre prochain,

-          le Centre de Formation des Apprentis - les métiers de la Bouche durant la semaine du goût en octobre,

-          l’Université de Haute Alsace pour l’organisation du trophée des légumes en mars,

-          le Centre de Ressources des Musiques Actuelles pour la programmation d’animations musicales tous les premiers vendredi du mois,

-          les bateliers pour organiser des promenades en barque à l’occasion de certains événements.

Par ailleurs, le dimanche de l’anniversaire du Marché Couvert, l’association participe à la procession traditionnelle des Maraîchers et de la Flora pour le week-end de la Saint Fiacre, qui termine sa marche sur le parvis de la Halle.

Des distinctions honorifiques

L’association a déposé une candidature pour le titre « Challenge National du Commerce et des Services 2019 » qui récompense les associations de commerçants les plus dynamiques et innovantes en France. La Chambre de Commerce et d’Industrie et la Ville ont élaboré conjointement le dossier de candidature.

Forte de son expérience, et grâce à son investissement, l’Association a remporté le « Panonceau d’Argent Alsace 2019 » puis le « Panonceau d’Or 2019 » décerné par un jury national.

Plébiscité en Alsace, le Marché Couvert de Colmar avait été sélectionné en 2018 au titre du concours « Le plus beau marché de France » organisé par TF1. Il avait décroché la première place en Alsace et la 18ème au niveau national.

Une implication forte de la Ville pour le fonctionnement de la Halle

La Ville de Colmar soutient la dynamique de la Halle par l’amélioration de son fonctionnement ainsi que par la mise en valeur du quartier dans son ensemble. En terme d’entretien, la participation de la Ville s’élève en moyenne à quelque 45 000 € par an.

Près de 2,3 M€ ont été injectés par la Ville pour la transformation de la Halle, depuis sa création. Ces travaux ont été subventionnés à hauteur de 975 000 € par les partenaires habituels : Fonds d'Intervention pour la Sauvegarde de l'Artisanat et du Commerce (FISAC), Région Grand Est, Département du Haut-Rhin.

Quelques chiffres : 

-          mise en place d’un système de rafraîchissement : coût 300 000 € TTC

-          mise en valeur des façades Nord et Est du Marché Couvert (Vignerons et Quai de la Poissonnerie) : coût 67 000 € TTC

-          depuis la réhabilitation du marché couvert en 2010, toutes les voies adjacentes (rue des Ecoles, rue des Vignerons, Quai de la Poissonnerie, et rue des Tanneurs) ont fait l'objet de travaux de réaménagement de voirie, d'ouvrage d'art, avec rénovation de l'éclairage public : coût 2 448 000 € TTC

-          création du parking St Josse avec l'ensemble de ses aménagements annexes (voirie, espaces verts et éclairage public) : coût 9 600 000 € TTC

-          aménagement de la 2ème tranche du tronçon Est de la rocade verte, comportant la promenade le long de la Lauch, et favorisant l'afflux d'usagers complémentaires à destination du Marché Couvert. Coût 2 130 000 € TTC

Le cumul de ces opérations représente un total de plus de 12 M€.

Le Marché Couvert a été la première pierre à l’édifice d’un important chantier de rénovation du secteur (voiries, place du 2 février, Pôle Média Culture Edmond Gerrer, complexe sportif de la Montagne Verte). Un chantier « à tiroirs » qui prend fin avec la création en cours du parking souterrain de la Montagne Verte, puis l’aménagement d’un parc arboré en surface pour un coût total de 27,2 M€.

Un soutien déterminant de la Ville de Colmar pour l’Association

La Ville participe financièrement à la mise en place des actions initiées par l’association, au travers d’une subvention annuelle, à raison de 31 177 €. Ce montant correspond à 17,5 % des redevances de location de l’année précédente (contre 15 % en 2017).

Dans le cadre de l’attribution de la subvention FISAC, la Ville de Colmar a constitué un dossier reprenant toutes les activités de l’association pour la période 2014 à 2018. Bonne initiative, car la Ville a perçu à ce titre un montant de 18 682 €, lequel sera reversé intégralement à l’association au titre du fonctionnement.



                     Gilbert MEYER