mardi 11 juin 2019

Mot de la semaine du 11 juin 2019 - n° 452 - Mission Locale


La Mission Locale du Haut-Rhin Nord Colmar-Guebwiller a tenu son assemblée générale le 23 mai dernier. Nous disposons avec cette structure d’un dispositif performant qui sait accompagner un jeune dans sa recherche d’emploi, mais pas seulement. En effet, la Mission Locale accompagne aussi les jeunes afin qu’ils puissent accéder au logement, au système de santé, à l’aide sociale, à la culture. L’accompagnement qu’elle offre aux gens est donc marqué par une approche à la fois globale et personnalisée des problématiques qu’ils rencontrent.

En 2018, 33 715 contacts ont été établis avec les 2 102 jeunes accompagnés (soit en moyenne
16 contacts par jeune). 70 % de ces contacts auront été directs (entretiens individuels ou collectifs en face à face ou par téléphone), les autres l’ont été sous la forme dématérialisée, mais adaptée aux jeunes (courriels, sms …).

Le travail accompli auprès de ces deux milliers de jeunes a permis la signature de 2 144 contrats de travail (dont 98 en alternance), 517 entrées en formation et 399 stages en entreprise.

La Mission Locale propose 4 points d’accueil sur le territoire de Colmar Agglomération, dont une antenne située quartier Europe (5a, rue de Zurich), et deux lieux de permanence (Wintzenheim – Art'huss 2-4 avenue De Lattre De Tassigny, Muntzenheim – 24 rue Vauban).

Malgré la fin des emplois d’avenir, la Mission Locale a été en contact avec 453 entreprises en 2018, principalement dans les secteurs d’activité suivants :

-          commerce, vente et grande distribution,
-          hôtellerie, restauration, tourisme,
-          services à la personne et à la collectivité.

La Mission Locale organise aussi des visites mensuelles en entreprises, avec pour objectif de faire découvrir des métiers, ou même simplement le monde de l’entreprise pour ceux n’ayant jamais travaillé. Jouant un rôle de « chef d’orchestre », elle donne en quelque sorte le top chrono d’un changement d’échelle. Elle permet à chaque jeune concerné, de voir son engagement pris en compte parce que son effort est synchronisé avec celui des autres.

De plus, de 2015 à fin mars 2019, 628 personnes ont bénéficié du dispositif renforcé Garantie Jeune. Ce dispositif, déployé au niveau national, vise à amener vers l’autonomie, des jeunes en situation de grande précarité. Il propose un accompagnement intensif, individuel et collectif, pendant 12 mois aux 18-25 ans. Les bénéficiaires du dispositif ont un rendez-vous quotidien durant le 1er mois, puis toutes les semaines. Ils sont mis en contact avec le monde du travail via des Périodes de Mise en Situation en Milieu Professionnel (PMSMP) en entreprise.

Les résultats obtenus en 2018 à la Mission Locale, grâce à ce dispositif, sont supérieurs à la moyenne nationale, 37,2 % des jeunes étant en emploi à la sortie (33,5 % au niveau national) et 11 % en formation (9% au niveau national), soit un taux de sortie positive de 48,2 %, ce qui est remarquable.

Colmar Agglomération est le 3ème plus important contributeur de la Mission Locale (après l’Etat et la Région Grand Est), avec, en 2019, une subvention de 184 830 €, représentant 12,5 % du budget total de la structure. Bien que sa zone d’activité s’étende sur 128 communes, 74 % des jeunes accompagnés sont issus du bassin d’emploi de Colmar.

Ces chiffres témoignent d’un important maillage de proximité. La gouvernance associative entre collectivités, services de l’Etat, partenaires économiques et sociaux porte donc ses fruits.

Par ses actions d’accueil, d’orientation et d’information ainsi que d’accompagnement social et professionnalisé des jeunes de 16 à 25 ans, la Mission Locale joue donc un rôle clé dans l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi.

Je veux saluer le travail réalisé sous la formidable impulsion donnée par la Présidente de la
Mission Locale, Mme Céline WOLFS-MURRISCH, et la nouvelle Directrice,
Mme Christel LAFITTE-MAYER.

Il y a chez toutes les deux comme une sorte d’engagement particulier, un peu militant. Mais il y a aussi la volonté de faire passer un message favorisant le respect des jeunes, un contrat de franchise. C’est aussi une forme d’engagement citoyen. La preuve en est que la Mission Locale vient d’organiser en partenariat avec le centre socioculturel Europe le 1er forum de l’engagement citoyen.

La Mission Locale a vocation à être confrontée à un défi majeur : celui de se tourner vers les jeunes, âgés de 16 à 25 ans, à la recherche d’un emploi. Son second défi, en miroir, c’est d’ouvrir les portes de tous les acteurs de l’emploi : les associations, les collectivités locales, les entreprises … Elle croit à la capacité des jeunes qui sont l’avenir de notre pays.



Gilbert MEYER

vendredi 7 juin 2019

lundi 3 juin 2019

Mot de la semaine du 03/06, n° 451 - Smart City


Notre collectivité, comme toutes les agglomérations, est aujourd’hui à une croisée des chemins : à la lumière des transformations suscitées dans nos vies, le digital s’installe peu à peu dans nos cités.

La mobilité, l’énergie, les rapports entre les administrations et leurs usagers, le logement, le commerce… ont déjà connu de fortes évolutions par l’intégration de nouvelles technologies. Comme beaucoup de territoires, nous faisons face aujourd’hui à de nombreuses transformations (numériques, socio-économiques et environnementales) redessinant l’ensemble de nos politiques publiques.

Demain l’éducation, la santé, la solidarité, l’aménagement de tout un quartier seront impactés par le numérique. Deux cibles sont clairement à atteindre : un meilleur service rendu à l’usager et une recherche permanente de préservation de l’environnement.

La Ville et l’Agglomération de Colmar ont donc récemment engagé une réflexion pour l’élaboration d’une stratégie Smart City ("Ville intelligente") sur le territoire.

Cette démarche entre dans le cadre de l'une des actions du plan "Action Cœur de Ville". Elle vise à exploiter le potentiel des nouvelles technologies pour optimiser nos services publics : amélioration des services aux habitants, réduction de l'impact environnemental, optimisation des équipements, création de valeurs ajoutées…

Face à ces évolutions, le numérique apparaît comme un levier pour maintenir notre attractivité territoriale, améliorer la qualité du service rendu aux usagers et construire l’Agglomération de demain. Très peu de communes, ou d’agglomérations de la taille de Colmar, ont entamé une réflexion sur l’avenir à l’aune de ces transformations. Longtemps, ces enjeux ont été l’apanage des grandes agglomérations dites « millionnaires » (plus d’un million d’habitants). Pourtant, je suis convaincu qu’il est d’ores et déjà indispensable de « penser » notre ville de demain. L’étude lancée représente donc une opportunité pour nous accompagner dans l’identification des besoins et des enjeux spécifiques au territoire, et ainsi, nous démarquer.

Elle devra aboutir à l’élaboration d’une feuille de route qui précisera à court, moyen et long terme, comment le numérique nous permettra d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, aux échelles communale et intercommunale.

J’ai donc missionné un cabinet pour nous accompagner dans l’élaboration d’un projet « Smart City ». L’ambition est claire : identifier comment le digital pourra à court, moyen et long terme bénéficier aux citoyens, aux entreprises et à l’ensemble des administrations présentes sur notre territoire.

Il ne s’agit pas de créer une autre forme de « big brother » davantage centré sur la technologie que sur les usages. Bien au contraire.  L’ambition est de faire de la « Smart City » un levier au service de la transition écologique, de l’intérêt collectif des Colmariens, et donc d’une Ville totalement en phase avec les aspirations des citoyens, sur la base de données comprises par tous. Il y a en effet lieu de veiller à ce que le « numérique », ne conduise pas vers « l’isolement » de certains.

En exploitant la connectivité, produit de la « Smart City », la Ville pourra en outre améliorer ses services tout en réduisant les coûts dans de nombreux domaines : qualité de l’eau et de l’air, éclairage public, collecte des déchets … Telle est bien notre ambition.

Gilbert MEYER

lundi 27 mai 2019

Mot de la semaine numéro 450 du 27 mai 2019 - Poules


On se souvient des propos « rieurs » voire condescendants qui avaient accompagné en 2015, la mise en œuvre de l’un de nos engagements : la distribution d’un couple de poules pour réduire les déchets organiques.

Aujourd’hui, cette opération en est à sa 5ème année d’exécution, et il ne viendrait à l’idée de personne de la critiquer, tellement ses effets sont bénéfiques en termes de réduction à la source des déchets alimentaires. Par ailleurs, cette action a été « copiée », en France par de très nombreuses collectivités.


Le but de l’opération

Il est multiple :

-        réduire le volume des déchets collectés globalement sur l’agglomération,
-        encourager le tri sélectif des déchets et la valorisation d’une partie des déchets alimentaires,
-        limiter la production de gaz à effet de serre en évitant le transport et le retraitement des déchets. Associer poules et compostage permet d’éviter le recours aux sacs poubelles, et les allers-retours à la déchetterie !
-        maintenir au plus bas pour les usagers le taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM). Celui-ci s’élève à 7,3 % après avoir été réduit en 2017 de 0,65 point. Pour comparaison, le taux moyen national de la TEOM était de 9,84 % en 2017 (source : Direction Générale des Collectivités Locales). Cela représente une économie de 3,31 M€ pour les contribuables de l’agglomération colmarienne.

Les conditions d’accès à l’opération

-        s’engager sur des conditions garantissant un accueil et un entretien correct des poules (surface minimale de 8 m² pour deux poules, poulailler, enclos …),
-        dotation gratuite de deux poules par foyer, tous les deux ans,
-        choix entre deux races de poules : poules rousses distribuées en juin, poules d’Alsace distribuées en septembre,
-        résider dans les communes ayant adhéré à l’opération, à savoir : Andolsheim, Bischwihr, Colmar, Fortschwihr, Herrlisheim-près-Colmar, Horbourg-Wihr, Ingersheim, Jebsheim, Muntzenheim, Porte du Ried (Holtzwihr et Riedwihr), Sundhoffen, Turckheim et Wickerschwihr, à raison d’une seule demande par foyer.

Le suivi de l’opération

-        le service de la gestion des déchets de Colmar Agglomération (1 avenue de la foire aux vins à Colmar - tél. 03.89.24.66.99 - contact.dechet@agglo-colmar.fr) est à la disposition des usagers pour répondre à toutes les questions des participants à l’opération,
-        un agent de Colmar Agglomération est missionné pour rencontrer les participants à leur domicile, échanger sur leurs éventuelles difficultés, les conseiller, s’assurer que les poules ont de bonnes conditions de vie et que les installations sont conformes,
-        le jour de la distribution, il est remis aux adoptants :

Ø  un guide de l’adoptant,
Ø  un contrat d’adoption,
Ø  un document de déclaration de recensement des gallinacés (dans le cadre de la lutte contre la grippe aviaire).

Colmar a fait des émules … Aujourd’hui, la moitié des communes membres de Colmar Agglomération s’est engagée dans l’opération. D’autres villes en France ont suivi le même chemin vers les gallinacés comme Versailles (2016), Saint-Maur-des-Fossés (2016), Rodez (2016), Bordeaux (2015), et depuis cette année, Mulhouse Alsace Agglomération.

Il est vrai que les poules sont des championnes du recyclage, de vrais « partenaires minceur » pour le bac de déchets ménagers. Elles allègent le poids des poubelles en picorant jusqu’à 55 Kg de déchets organiques par an. Deux poules suffisent pour « éliminer » l’essentiel des biodéchets produits par un foyer de 2 personnes.

Statistiques éloquentes en matière de biodéchets éliminés

Ci-dessous : estimations basées sur une consommation de 55 kg de biodéchets par an et par poule (hypothèse base de 150g/jour, poules gardées en moyenne pendant 4 ans, ce qui correspond à une pratique « domestique »).

Année de distribution
Poules distribuées
Biodéchets consommés annuellement (en tonnes)
2015
2016
2017
2018
2019
2015
430
23,65
23,65
23,65
23,65
23,65
2016
374

20,57
20,57
20,57
20,57
2017
300


16,5
16,5
16,5
2018
538



29,59
29,59
2019
440




24,2
Total poules distribuées
2 082

Total annuel biodéchets détournés
23,65
44,22
60,72
90,31
114,51


Coût pour Colmar Agglomération

Coût d’achat de 2 poules : 30 € HT la paire de poules d’Alsace, et 17 € HT la paire de poules rousses. Soit depuis le début de l’opération : quelque 25 000 HT.

L'investissement est rapidement rentabilisé. De fait, chaque année en France, un habitant produit en moyenne 354 kg d'ordures ménagères pour un coût de 89 €, selon l'Ademe (http://www.ademe.fr/). Or ces dépenses sont assumées par les collectivités. Mécaniquement, une moindre production de déchets diminue la facture payée par les villes dans le retraitement.

Plus précisément, l’opération « poules » a permis de détourner de l’incinération 333,41 tonnes. A 69,4 € HT le coût de la tonne incinérée, cela représente une économie pour Colmar Agglomération de 23 100 € pour les 5 années de distribution.

Au-delà de son incidence financière positive pour Colmar Agglomération, l’opération permet aussi à l’usager de bénéficier d’une production d’œufs dépassant les 300 œufs par an.

Gilbert MEYER

dimanche 26 mai 2019

lundi 20 mai 2019


Le Mot de la Semaine n° 449

La 4ème édition de la Journée Citoyenne se tiendra samedi 25 mai 2019, en matinée de
8h à 12h30.

Coordonnée par la Ville, cette journée est pour les volontaires l’occasion d’échanger, mais aussi d’être acteurs pour le bien commun et l’entretien du cadre de vie de chacun. Elle permet de fédérer toutes les énergies positives autour des valeurs de civisme, de respect et de partage.

En favorisant ainsi la convivialité autour de mini travaux d’intérêt général, le « faire ensemble » contribue au « mieux vivre ensemble » toute l’année.  La Journée Citoyenne promeut donc de manière concrète, et sans grand discours, les valeurs essentielles de la vie en société : l’entraide suscitée par le sentiment de faire partie d’une même communauté, la solidarité, le respect de l’espace public par son appropriation …

Depuis sa première édition à Colmar en 2016, les Colmariens sont de plus en plus nombreux à se mobiliser bénévolement pour participer à ces mini chantiers (réparations, améliorations, embellissements … - cf liste des ateliers ci-jointe), cliquez ici. Les chiffres de la participation en témoignent : 292 participants en 2017, 350 en 2019.

La nature des ateliers a été suggérée par les membres des conseils citoyens et des conseils de quartier ainsi que par des associations.

La Journée Citoyenne rassemble toutes les catégories d’âge. À titre d’illustration, le Conseil Municipal des Enfants et le Conseil des Sages vont participer à ces travaux, aux côtés des citoyens volontaires !

La démarche permet d’optimiser l’investissement public à travers le déroulement des ateliers. Elle nous adresse à tous un message plus général : l’ampleur des défis auxquels notre société est confrontée aujourd’hui fait que, quelle que soit notre appartenance aux milieux politique, économique, associatif, ou que nous soyons simples citoyens, chacun de nous est un acteur du monde d’aujourd’hui. Nous vivons en effet dans un monde de réseaux où il faut que les uns et les autres dialoguent et construisent ensemble.

C’est comme cela que nous progresserons encore, tous ensemble : en nous appuyant sur l’énergie, la créativité, la richesse de notre territoire et sur l’initiative de tous.

La Ville de Colmar n’est d’ailleurs pas la seule à contribuer à l’organisation de cette Journée destinée à favoriser le lien social. Elle a pu s’entourer de partenaires désireux, eux aussi, de participer à ce « faire ensemble ». Je veux citer : la SCCU, Vialis, la Trace, la Colmarienne des Eaux, Pôle Habitat, mais aussi Lisbeth et Radio Dreyeckland, et de nombreuses associations. À noter, pour cette année, la participation exceptionnelle des militaires du 152ème régiment d’infanterie dans le cadre du 100ème anniversaire de sa présence à Colmar.





De la participation citoyenne à votre participation au vote pour les élections européennes, il n’y a qu’un pas. Je vous appelle à le franchir dimanche 26 mai prochain en allant voter. Le scrutin sera ouvert de 8h à 18h.

Ces élections sont un enjeu essentiel. Elles sont le premier rendez-vous démocratique depuis la présidentielle de 2017.

Il ne faut pas oublier la fonction première de ces élections : désigner celles et ceux qui siègeront demain au Parlement européen dont il faut à tout prix préserver son siège à Strasbourg.

Au-delà de ses répercussions politiques sur le plan national, le choix des électeurs est donc de nature à engager le destin du continent européen, dans une période troublée et indécise en raison, notamment, du Brexit.

Alors, allez voter le 26 mai prochain !

L’Europe : un partenaire de la Ville de Colmar

La réalisation de l’Observatoire de la Nature par Colmar Agglomération en 2009 avait permis d’obtenir une subvention de 222 500 € dans le cadre du projet transfrontalier élaboré avec la Waldhaus de Freiburg.

La restructuration du Centre Europe, rue d’Amsterdam, a fait l’objet en 2015 d’un financement de la part de l’Union Européenne pour un montant de 100 000 €.

Plus près de nous, notre Plan Climat Energie Territorial a été éligible chaque année depuis 2012, au titre de Grand Pays de Colmar, à une subvention de l’Union Européenne. Montant encaissé de 2012 à 2018 : 213 000 €.