lundi 16 janvier 2017

Quartier Bel Air - Florimont



La nouvelle géographie de la politique de la ville a désigné deux quartiers prioritaires pour l’agglomération de Colmar : les quartiers « Europe/Schweitzer » et « Bel’Air/Florimont ». Contrairement au quartier « Europe/Schweitzer », qui a fait l’objet d’une expérience exemplaire, reconnue par tous comme telle, de renouvellement urbain, le quartier « Bel’Air/Florimont » n’a, jusqu’à présent, pas fait l’objet d’une rénovation urbaine d’envergure.

Pour mémoire, la Cité Bel’Air/Florimont a été construite en 1957-1958 dans le cadre des opérations LEHN et LOPOFA, ou « opérations millions ». Malgré les efforts de requalification entrepris en 1987, elle a connu un vieillissement très rapide des aménagements. Une analyse approfondie a montré ensuite la nécessité de démolir l’ensemble en raison d’un bâti dégradé, d’une absence d’insertion avec le bâti environnant, d’un enclavement marqué ... De plus, les procédés constructifs de l’époque ne se prêtaient pas à une perspective de réhabilitation des bâtiments. Une telle réhabilitation aurait été de surcroît, d’un coût démesuré. Par ailleurs, les performances énergétiques auraient été peu satisfaisantes, les logements étant orientés dans un seul sens.

La Ville de Colmar a engagé, en mai 2016, une étude globale de programmation urbaine sur ce quartier, qui permettra d’aboutir, en juin prochain, à un programme urbain amené à être contractualisé dans la convention du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain.

Le diagnostic du quartier a fait apparaître un réel besoin de renforcer les équipements publics du secteur, pour, à la fois, répondre aux besoins des habitants du quartier mais également renforcer son attractivité et rompre avec l’image actuelle. Aussi le choix a été fait de regrouper, dans une centralité articulée autour de la rue de Riquewihr et la route d’Ingersheim, l’ensemble des équipements publics : écoles, structures petite enfance, bibliothèque, centre socioculturel, gymnase ... Ce choix se justifie par un emplacement aisément accessible et visible des principaux axes de circulation et par une disponibilité immédiate du foncier, libéré par la démolition de la Cité Bel’Air.

La réflexion menée sur les équipements publics concerne en particulier les écoles du secteur. Actuellement, on compte quatre écoles maternelles et une école élémentaire sur un périmètre très réduit. Un regroupement de trois (Hortensias, Marguerites et Brant) des quatre écoles maternelles sur un seul site, celui de l’école Brant, permettra d’améliorer les conditions d’accueil des enfants, avec la construction, à terme, d’un centre périscolaire. Il permettra aussi de simplifier l’organisation des familles, en regroupant l’ensemble des niveaux scolaires.

Le projet de la Ville de Colmar est de doter le groupe scolaire Brant de quatre classes supplémentaires, par une extension de 730 m² des bâtiments existants, puis dans un second temps d’un centre périscolaire. L’extension de l’école maternelle Brant et l’aménagement des anciens locaux de l’école Hortensias seront réalisés en ce premier semestre.

A travers l’extension et la rénovation du site Brant, l’objectif consiste aussi dans l’adjonction d’une restauration scolaire et la construction d’un nouveau gymnase. Il vise donc à constituer un équipement public de très grande qualité, attractif pour les familles déjà présentes ou qui vont s’installer dans le quartier, au service des équipes enseignantes.

En parallèle, le déménagement de l’école Hortensias permet l’aménagement de ces locaux en halte-garderie. Seront donc regroupés dans un même bâtiment deux services dédiés à la garde du jeune enfant : le Relais Assistantes Maternelles et la halte-garderie, créant ainsi un pôle Petite Enfance.

Cette réflexion sur les équipements publics doit cependant tenir compte du calendrier des démolitions déjà programmé. Les démolitions des cités Bel’Air, à partir de septembre 2016 (102 logements), et Florimont, fin 2018 (220 logements), impactent directement le fonctionnement des équipements publics voisins, les écoles maternelles Hortensias et Marguerites ainsi que la halte-garderie Florimont étant situées à proximité immédiate des bâtiments à démolir. Pour des raisons évidentes de sécurité, il n’était pas possible de maintenir ces équipements dans leurs locaux actuels.

L’école Hortensias a intégré ainsi depuis novembre des locaux provisoires, jusqu’à la fin de l’année scolaire. Compte tenu du calendrier de démolition, le déménagement définitif des équipements est prévu pour septembre 2017. Le relogement de l’école les Hortensias au sein du groupe scolaire Brant, s’est effectué dans des locaux de qualité et adaptés à la poursuite d’une scolarité dans des conditions les plus optimales possibles, malgré les contraintes organisationnelles en résultant pour les enseignants.

Mettre en œuvre la restructuration en profondeur d’un quartier, ce n’est pas seulement conduire un projet technique ; c’est conduire le changement avec les habitants directement touchés. C’est aussi proposer une offre de relogement adéquate en termes de localisation, de types de logements et de prix, répondant au souhait individuel des habitants. Cette dynamique ne se décrète pas, pas plus que la création d’un climat favorable à la concertation. C’est le fruit d’un travail dans la durée, collectif et délibéré, de l’ensemble des acteurs du quartier et de la ville. Nous nous y consacrons pleinement.

Le coût de l’opération « Bel’Air/Florimont », pour la 1ère tranche portant sur les années 2015 à 2020 s’élève à 25 M€, que nous pouvons réaliser avec l’aide de nos partenaires que sont l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (5 M€) et la Région grand Est (2,1 à 2,5 M€), la Ville prenant à sa charge un montant équivalent à celui de l’ANRU, soit 5 M€. Les 12 M€ restants sont à la charge des autres acteurs du projet, notamment les bailleurs sociaux.

Voilà le défi que nous voulons relever avec les habitants du quartier. L’expérience réussie du quartier Europe/Schweitzer nous aura confortés dans nos choix.

                                                                                                                                                                                                                   

                                                                                               Gilbert MEYER

Aucun commentaire:

Publier un commentaire