lundi 11 mars 2019

« SPÉCIAL PARIS » DU MAIRE DE COLMAR 12 ET 13 MARS 2019


« Spécial Paris »
DU mAIRE DE cOLMAR
12 ET 13 MARS 2019

Cette semaine, la Ville de Colmar, sera au centre d’importants échanges au niveau d’instances ministérielles et du Sénat.
Dans un premier temps, le Maire de Colmar est convié à deux rendez-vous ministériels, avec « Villes de France ».
I.               Il y a d’abord celui avec M. Julien DENORMANDIE Ministre chargé de la Ville et du Logement. A cette occasion seront évoquées les questions portant :

-        Sur la fusion des bailleurs sociaux
-        Sur les engagements de l’ANRU, dans la rénovation urbaine
-        Sur le zonage, en matière de constructibilité, où la Ville de Colmar demande à être classée en zone B1.
L’invitation faite au Maire est en rapport avec les nombreux échanges avec le Ministre et Mme Jacqueline GOURAULT, Ministre de la Cohésion des Territoires et des relations avec les Collectivités Territoriales. Elle se réfère aussi aux résultats remarqués de Colmar, dans sa rénovation urbaine qui a fait la « une » sur le plan national.
D’ailleurs, le journal « Le Moniteur » y consacre dans les jours qui viennent, un important article qui va décliner l’impact exceptionnel du travail fait ces dernières années.
Le journal « Le Monde » met aussi le doigt sur l’exemplarité du travail entrepris ces vingt dernières années à Colmar.
II.     Le 2ème rendez-vous ministériel est celui avec Mme Elisabeth BORNE, Ministre chargée des Transports.
Le sujet, entre autres, porte sur un échange concernant l’attractivité des gares. Un récent article de la presse locale, avait mis le doigt sur l’exemplarité de la gare de Colmar et de ses aménagements extérieurs. En plus, depuis l’ouverture vers l’Ouest, la gare de Colmar a pris une autre dimension. De surcroît, la restructuration des emprises de l’ex-hôpital BAUR et de l’ex-caserne RAPP, donne aujourd’hui une pertinence économique avec une dynamique décuplée. Le tout est encore renforcé aujourd’hui par PASTEUR 2 et la rénovation intégrale du quartier EUROPE / SCHWEITZER.
La gare de Colmar est donc en train de devenir un modèle, avec l’attractivité commerciale, encore entrevue en plus, autour de ce lieu de rencontre. L’effet TGV, joue en plein, par ailleurs.
La gare de Colmar a été évoquée au Sénat le 11 février dernier, en présence du Président de la SNCF, M. Guillaume PEPY, lors d’un débat sur les utilités performantes des gares.
III.               Le 3ème rendez-vous est celui sur invitation du Président du Sénat, M. Gérard LARCHER. Le Président veut faire le point sur l’attractivité des villes moyennes.
Le Président était à Colmar, pour inaugurer la dernière « Foire Régionale des Vins d’Alsace ». Dans le paysage national fracturé, il considère que les villes moyennes peuvent être des « locomotives » pour leur territoire.
Il a ainsi ciblé l’exemple colmarien, avec :
-        L’attractivité économique
-        Le développement démographique
-        La pertinence du commerce centre-ville
-        La mutualisation par l’intercommunalité
Sur ces 4 thèmes, Colmar est en pôle position. En effet, l’augmentation physique des bases imposables économiques, à Colmar est 3 fois supérieure au taux de l’inflation. La Ville par ailleurs, enregistre le taux d’augmentation de la population le plus fort des Villes du « Grand Est » sur ces 5 dernières années.
Pour le commerce centre-ville, le diagnostic fait par PROCOS, publié dans le journal « Les Echos », le 24 janvier 2017, a placé la Ville de Colmar, en 1ère position de la pertinence commerciale avec un taux de vacance entre 6,5 et 7%, par rapport à la moyenne nationale qui se situe entre 12 et 14 %.
Enfin, pour la mutualisation, Colmar Agglomération est un exemple, non seulement pour la gestion, mais aussi pour l’accompagnement de ses communes dans le co-financement de leurs projets (près de 13 M€ pour la période 2014/2019).
Si Colmar et son agglomération peuvent être mises en valeur par leur exemplarité et leur rigueur de gestion, cela ne peut être que positif en tout point de vue.
Globalement et pour l’exécutif qu’est à la fois le Maire et le Président, c’est aussi la reconnaissance d’un travail qui sur le plan national, passe pour une référence.
Il conforte les propos du Président de la République qui, le 26 février dernier, lors du « Grand Débat », avouait devant 150 élus du Grand Est, en disant : « Je sais que le budget de la Ville de Colmar est mieux géré que celui de l’Etat… ».

Gilbert MEYER
Maire de Colmar

Aucun commentaire:

Publier un commentaire