lundi 26 août 2019

Les Dominicains


La Ville de Colmar conserve, gère et enrichit des collections de livres anciens et de documents graphiques d’une très grande richesse, fonds d’Etat issus des confiscations révolutionnaires et fonds de la Ville entrés depuis le 19ème siècle. Cette collection est unique en Alsace du fait de la destruction de la Bibliothèque de Strasbourg en 1 870. Dans ses lignes de force, on peut citer 1 200 manuscrits dont
400 médiévaux provenant des grandes abbayes bénédictines, cisterciennes, dominicaines de
Haute-Alsace, 2 300 incunables (livres édités de 1455 à 1 500, en majorité originaires du bassin rhénan, 2ème collection française après la Bibliothèque Nationale), 8 000 livres du 16ème siècle, la collection totale étant estimée à quelque 400 000 documents d’une grande variété. Outre ces collections documentaires, la bibliothèque possède des objets et machines liés au monde de l’imprimé.

La Bibliothèque de la Ville était installée depuis 1951 dans un bâtiment classé monument historique, l’ancien couvent des Dominicains.

En ouvrant le Pôle Média-Culture Edmond Gerrer il y a 7 ans et en y transférant les collections courantes, la Ville a fait le choix de maintenir la Bibliothèque des Dominicains, et de la spécialiser dans la conservation, l’étude et la valorisation du patrimoine écrit et graphique (livres anciens, cabinet des estampes, fonds régionaux).

Ce lieu fait l’objet actuellement d’une ambitieuse opération s’adressant à un public large de Colmariens et de visiteurs, adultes et jeunes, par une muséographie innovante et vivante de l’histoire du livre dans l’espace rhénan, nourrie et enrichie par une bibliothèque de recherche. Notre ambition est de faire connaître un patrimoine écrit et graphique, encore méconnu et peu visible, et de compléter l’offre muséographique colmarienne. Cette réalisation sera aussi un outil vivant, pour tous ceux qui sur les plans national, européen et international, s’intéressent aux livres anciens de référence.

L’opération en cours, d’un coût de plus de 17 millions d’euros, a été confiée après concours, à un architecte en chef des monuments historiques.

Dans leur double dimension architecturale et muséographique, les travaux en cours visent à restaurer et restructurer l’ancien couvent des frères Dominicains et son cloître, datant du XIVe siècle et classé aux Monuments historiques. L’objectif est d’adapter les locaux à leur rôle traditionnel de bibliothèque (conservation et prêt des documents), tout en y intégrant un espace d’exposition permanente sur 500 m2, et en assurant les meilleures conditions de travail aux chercheurs. Avec la présentation de 72 documents originaux, le parcours muséographique proposera au visiteur un aperçu de l’histoire du livre et de l’image en Alsace, du Moyen-Age au XVIIe siècle.

La visite sera enfin agrémentée d’espaces paysagers (jardin du cloître et extérieurs) ouverts à la visite et offrant un aperçu sur l’atelier de reliure, où les artisans perpétuent des savoir-faire séculaires.

Après l’extension et la restructuration du Musée Unterlinden, la Bibliothèque des Dominicains réaménagée en Centre Européen du livre et de l’illustration a vocation à devenir le nouveau projet phare de la politique d’investissement culturel de la Ville, mais aussi d’intérêt économique et touristique.

J’ai pu faire retenir l’opération, d’un coût total de 17 020 000 €, dans le contrat de plan Etat Région 2015-2020, ce qui a permis de rallier le partenariat financier de :

-        l’Etat pour 3 968 000 €, auxquels s’ajoutent 2 792 000 € au titre de la récupération de la TVA
-        la Région Grand Est pour 2 000 000 €
-        le Département du Haut Rhin pour 600 000 €
-        Colmar Agglomération pour 750 000 €
-        Le Mécénat à la hauteur (à ce jour) de 188 000 €
-        part Ville de Colmar : 6 722 000 €

On le voit : nous avons voulu composer pour le financement de cette importante opération avec les sources de recettes, en sollicitant la participation des entreprises à travers la mise en place d’un mécénat. Le mécénat n’est pas qu’une simple affaire d’argent. Il est avant toute chose un partenariat, et un acte de confiance, donc une addition, une libération de différentes énergies nouvelles, qui se nourrissent et se renforcent mutuellement. Ce partenariat financier exceptionnel est aussi la démonstration de mon engagement personnel et de ma capacité à négocier avec l’Etat et les autres institutions. Par les temps qui courent, il faut faire preuve de ténacité et d’exemples réussis. Au départ, c’est généralement loin d’être gagné … A Colmar, de nombreux exemples peuvent être cités.

L’opération des « Dominicains » se prête fort bien à cette valeur ajoutée. En effet la richesse culturelle du territoire d’implantation d’une entreprise est un élément de sa réussite, de son attractivité, et de la qualité de vie de ses cadres et employés. Les entreprises l’ont bien compris. Pour elles, le mécénat représente une autre façon d’envisager leur relation avec la collectivité, de sortir de leur périmètre d’action habituel, et d’ouvrir leur champ des possibles.

Parallèlement, j’ai engagé un partenariat avec la Fondation du Patrimoine qui œuvre à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine français. Au travers du label, de la souscription publique et du mécénat d’entreprise, elle accompagne les particuliers, les collectivités et les associations dans des projets de restauration. Bénéficiant d’une forte notoriété au plan national – notoriété renforcée depuis le dramatique incendie de « Notre-Dame » à Paris -, La Fondation du Patrimoine peut constituer un atout précieux pour une opération telle que les « Dominicains », que ce soit dans le domaine de la recherche de mécènes, ou plus largement, du rayonnement des Dominicains sur le plan national.

Je recevrai ainsi à Colmar le 5 septembre Mme Célia VEROT, Directrice Générale de la Fondation du Patrimoine, pour officialiser ce partenariat à travers la signature d’une convention. Ce partenariat sera consacré à son tour par le Conseil Municipal le 23 septembre prochain. Le samedi précédent (samedi 21 septembre), les Colmariens qui le souhaitent auront la possibilité de visiter le chantier en cours, par petits groupes encadrés, de 9h à 12h, et de 14h à 17h. Une belle occasion de participer ainsi aux « Journées européennes du patrimoine » qui auront lieu les 21 et 22 septembre ! Des précisions sur ces visites seront communiquées sur le site internet de la Ville et dans la presse locale en temps utile.


 Gilbert MEYER

Aucun commentaire:

Publier un commentaire