lundi 21 octobre 2019

Mot de la semaine n° 471 - Crocodile Bazoumar Wazzaj


Dans mon « Mot de la Semaine » du 28 novembre 2016, j’expliquais pourquoi Colmar Agglomération et Vialis avaient décidé, sur ma proposition, de financer pour l’Afrique des modules autonomes, fabriqués à partir de containers recyclés, pour y générer et stocker une quantité importante d’énergie photovoltaïque.

Ce faisant, nous avons favorisé l’alimentation en électricité de deux villages jusqu’alors privés de cette énergie (Pakala et Bazoulé au Burkina Faso), avec l’association WAZZAJ, créatrice du concept.

Deux modules alimentent en effet en électricité les deux villages par l’énergie solaire et permettent, de surcroît, une connexion à Internet. L’un a été financé par Vialis, l’autre par Colmar Agglomération.

L’objectif était d’instaurer une économie circulaire grâce à l’alimentation, par la production d’énergie électrique, des outils nécessaires à la vie courante. Mais aussi de fournir aux habitants un accès aux technologies de l’information et de la communication.

Le développement de ce concept a ouvert des perspectives aux villageois grâce à l’amélioration de leurs conditions de vie.

Ce concept, dont Colmar a souhaité être le précurseur, offre de réelles perspectives d’avenir aux exclus de l’électrification en Afrique, partout où le solaire est une solution.

Le premier module installé dans le village de Bazoulé, situé à une heure de la capitale Ouagadougou, a été inauguré le 7 octobre 2017 par M. Mathieu THOMANN, Vice‑Président de Colmar Agglomération et M. Benoît SCHNELL, Directeur Général de Vialis, en présence du chef du village.

Cette inauguration avait pu se dérouler lors des assises nationales de la coopération décentralisée France – Burkina Faso, ce qui a permis de présenter le module à l’ensemble des collectivités françaises et burkinabées présentes. Le Président de la République Emmanuel MACRON avait inscrit cette présentation à son agenda. Mais un planning fort chargé, contenu dans des délais restreints, ne lui avait pas permis de faire cette découverte.

En remerciement, les habitantes de Bazoulé ont fait réaliser pour Colmar le crocodile « Bazoumar », constitué de pièces récupérées, en référence à la Mare aux crocodiles sacrés. Vu l’environnement de vie des crocodiles, j’ai souhaité installer « Bazoumar » à côté d’un cours d’eau, square Saint-Josse.

Pourquoi ce crocodile comme cadeau ? La légende burkinabée raconte que les crocodiles ont sauvé le village et les villageois de Bazoulé. Selon cette légende, le village a en effet été découvert grâce à des crocodiles. Ceux-ci auraient permis à un chasseur perdu et assoiffé de trouver une source d’eau. On prête localement aux crocodiles le pouvoir d’exaucer des vœux (santé, prospérité, bonne récolte) notamment lors d’une cérémonie qui leur est dédiée tous les derniers dimanches d’octobre – le 27 courant cette année – la fête de Koomlakré.

Je laisse les Colmariens et nos visiteurs découvrir Bazoumar au gré de leurs pérégrinations !

Au nom de tous les Colmariens et des habitants de Colmar Agglomération, je remercie le village de Bazoulé pour ce cadeau que des millions de visiteurs pourront aussi admirer !



Gilbert MEYER

Aucun commentaire:

Publier un commentaire