mardi 12 novembre 2019

Mot de la semaine n° 474 - SITV


Notre pays est souvent présenté, à juste titre, comme la première destination touristique au monde. Le Salon International du Tourisme et des Voyages organisé à Colmar du 9 au 11 novembre, a illustré une nouvelle fois l’importance de ce secteur d’activité.
Dans notre monde complexe, instable, friand de contestations, la beauté et l’attraction qu’exerce notre pays, elles, sont incontestées.
Notre territoire alsacien nourrit ce consensus : un massif montagneux recherché, des édifices historiques classés ou inscrits, une gastronomie qui fait l’unanimité, un art de vivre reconnu. Pour toutes ces raisons, et bien d’autres, nous sommes dans le peloton de tête des destinations touristiques. Notre attrait touristique constitue un atout majeur.
A Colmar, nous récoltons les fruits de notre travail. Nous avons fait le choix d’être à l’offensive en matière de développement économique et touristique, et donc d’attractivité. Il s’agit là de sujets essentiels qui bénéficient à toute la population colmarienne.
Selon l’Agence Régionale du Tourisme, la fréquentation touristique, a fait un bond de 11 % cet été à COLMAR. Une hausse supérieure à celle de l’Alsace, qui est de 8 %. Avec 220 000 nuitées en deux mois, COLMAR a donc connu un excellent été touristique. Plus globalement, COLMAR enregistre environ 850 000 à 900 000 nuitées par an.
L’hebdomadaire national « Le Point » s’est livré cette année à une enquête sur l’attractivité des villes françaises. Son diagnostic portait sur 70 villes et leurs agglomérations. Dans la catégorie des villes et agglomérations, de 80 000 à 250 000 habitants, COLMAR s’est classée en 11ème position au niveau national, en 1ère position par rapport aux villes du Grand Est.
Et puisque je parlais de fréquentation touristique, je relève que dans ce classement, COLMAR arrive en 2ème position au niveau national, pour ce qui concerne sa capacité hôtelière.
J’observe aussi que les hébergements Airbnb ont généré à COLMAR 115 000 nuitées sur l’année 2018, pour un chiffre d’affaires estimé à 10,7 M€. En moyenne annuelle, 1 000 hébergements ont été disponibles sur la plateforme en 2018, un nombre en augmentation de    20 % en un an. Bien sûr, nous devons encadrer ce phénomène, pour que l’impact ne soit pas négatif.
Avec l’Office de Tourisme de COLMAR et sa région, et en lien avec Colmar Agglomération, une évaluation de l’impact social du tourisme a été menée, pour connaître, dans un souci de transparence, l’opinion réelle des habitants sur le sujet. Nous sommes en train d’étudier les résultats de cette étude. Nous ne manquerons pas d’en tirer les enseignements, avec néanmoins une volonté : celle de faire vivre le capital touristique de notre territoire, non pas en l’entretenant comme un sanctuaire, mais en le confrontant à toutes les énergies créatrices.
Les organisateurs du Salon ont décidé d’élever le JAPON au rang d’invité d’honneur de cette 35ème édition. Nos liens avec le pays du Soleil-Levant sont solides. Nous savons combien notre économie haut-rhinoise compte de sociétés japonaises sur notre territoire. Colmar Agglomération est elle-même concernée avec RICOH. Par ailleurs, nous avons signé il y a 5 ans une convention de coopération avec la Ville de TAKAYAMA au JAPON en collaboration avec le Centre d’Études Japonaises d’Alsace. Cette convention vient d’être renouvelée.
De nombreuses actions ont été menées avec cette ville autour des axes principaux qui ont été définis : l’économie, le tourisme et la culture. Ainsi TAKAYAMA a pu présenter son artisanat local lors des marchés de Noël à Colmar de 2016 et 2017, avec un chalet dédié. Une exposition colmarienne s’est tenue à TAKAYAMA en avril 2016 avec la mise en avant des produits artisanaux et des vins d’Alsace. Par ailleurs, des échanges et des rencontres entre les jeunes de Colmar et de TAKAYAMA se concrétisent maintenant depuis 3 ans.
Notre Salon du Tourisme sait aussi conjuguer la notion de solidarité avec le rêve et l’évasion. Depuis 10 ans, le Salon consacre en effet un espace dédié au tourisme et à l’économie solidaires. SOLIDARISSIMO est un bel outil pour amener les voyageurs à s’intéresser de plus près encore à la vie quotidienne des populations qu’ils visitent. L’enjeu, là encore, est important. Car cette forme de tourisme est l’une des composantes stimulant le développement d’un territoire en valorisant ses richesses locales.
Cette année, pour la première fois, le TCHAD était présent à SOLIDARISSIMO.
Le Régiment de marche du TCHAD commandé par le colonel Patrick LAMIRAL, implanté près d’ici à MEYENHEIM, n’a pas manqué ce rendez-vous avec le pays dont il porte fièrement l’appellation.
Nous n’oublions pas que ce régiment, est appelé le « régiment du serment », à la suite de la promesse faite à KOUFRA en mars 1941 par le Colonel LECLERC, devenu Général par la suite de -je cite- « ne déposer les armes qu’après la libération de STRASBOURG ». Effectivement, le régiment participera entre autres à la libération de PARIS et de STRASBOURG, et aux terribles combats de la « poche de Colmar ».
L’activité touristique revêt certes un enjeu économique. Mais plus qu’économique, c’est un enjeu de cohésion, d’attractivité, de « définition » aussi de ce que nous sommes et de ce que nous montrons à nos visiteurs. Il s’agit là d’un très beau défi que je suis heureux de relever avec l’ensemble des Colmariens et des habitants de l’agglomération.


Gilbert MEYER


Aucun commentaire:

Publier un commentaire