lundi 8 juin 2020

Mot de la Semaine N° 500


 
LA VILLE DE COLMAR COMMUNIQUE

 
500ème Mot de la semaine. Au-delà du symbole lié à ce nombre arrondi, c’est un pan de la vie communale qui s’est étiré sur près de 10 ans. Ces « mots de la semaine » thématiques, sur des sujets d’actualité liés à la vie communale et intercommunale, ont été une source d’information hebdomadaire pour les Colmariens.

Cette information continue a permis à tous de constater combien, grâce à l’action quotidienne au service des habitants, le territoire communal s’aménage, se développe et se fortifie toujours davantage.

500ème Mot de la Semaine, c’est aussi l’occasion de saisir la symbolique pour mettre un terme à ce rendez-vous hebdomadaire, d’autant que se profile à l’horizon le 2ème tour des élections municipales, le 28 juin prochain.
 
Le message doit être porté haut et fort : toutes les conditions seront réunies pour que l’organisation de ce second tour dans les bureaux de vote puisse satisfaire au mieux au respect des conditions sanitaires. Dès le lendemain, une nouvelle ère débutera pour les Colmariens. Alors venez voter en nombre le 28 juin !

Le virus circule toujours. Certes, avec une virulence moindre. Il nous appartient à tous de stimuler l’intelligence collective pour construire l’immunité de demain.

A défaut d’être collective à 100%, cette immunité-là restera efficace même en cas d’éventuelle mutation de ce maudit virus.

Alors continuons tous à adopter une démarche prudentielle et à respecter les règles de distanciation !

La période qui s’est écoulée depuis mi-mars a été propice à un « arrêt image », favorisant l’élargissement de notre champ de conscience ; elle nous a invités à repenser nos modèles, nos modes de vie, voire de consommation. Déjà, une nouvelle piste cyclable longue de 1,5 km rejoint, depuis les boulevards du Champ-de-Mars et Saint-Pierre, les rues Schwendi et de l’Est. C’est un essai. S’il se révèle fructueux, il sera pérennisé.

Nous nous sentons plus que jamais concernés par le monde qui nous entoure. Cette prise de conscience est d’autant plus importante que c’est ce monde-là que nous léguons à nos enfants. Alors dirigeons nos efforts vers là où le vivre ensemble doit être conforté.

« Ce qui est merveilleux, c’est qu’à force de travailler au bien de ses concitoyens, on apprend l’habitude et le goût de les servir », a dit Alexis de Tocqueville.
 
Ceux qui partent savent que ce travail est parfois ingrat, mais en même temps exaltant. Ceux qui viennent doivent savoir que seul le vrai jugement est celui de l’Histoire.

 

                                                                                 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire