lundi 2 décembre 2019

Mot de la semaine n° 477 du 2 décembre - Parking Montagne Verte


Le parc de stationnement souterrain de la Montagne Verte a été ouvert au public le 22 novembre, jour d’inauguration des Marchés de Noël.

Nous avons voulu mettre en œuvre un projet ambitieux, à savoir la construction d’un parking souterrain de quelque 700 places et la création d’un nouvel espace paysager. Le parking – le 6ème en ouvrage – complète ainsi l’offre de places de stationnement aux portes du centre-ville. Nous atteignons désormais une capacité totale de 3 934 places en ouvrage. Mais surtout, les répercussions de cette opération vont aller bien au-delà du périmètre de la Montagne Verte. En effet, l'aménagement en question va permettre de donner un nouveau visage à la Place de la Cathédrale, favorisant ainsi la piétonisation progressive de l'hypercentre. Cette dernière opération va aussi contribuer à mettre en valeur, la Collégiale Saint-Martin, – « notre Cathédrale ».

Le parking souterrain de la Montagne Verte va permettre de compenser la suppression des places de stationnement en surface de ces 2 espaces (585 au total). Il va aussi donner la possibilité à des porteurs de projets d’urbanisme au centre-ville de pouvoir disposer de concessions à long terme leur permettant de construire. A ce jour, 5 concessions pour 14 places ont déjà été contractualisées.

L’aménagement du site de la Montagne Verte revêt différents enjeux d’ordre patrimonial. En effet, les fouilles archéologiques ont permis de préciser les principaux éléments de patrimoine à préserver dans le cadre du projet. Il constitue donc l’opportunité d’une mise en valeur du patrimoine historique et archéologique en rendant visible une partie des fortifications jusque-là ensevelies. Celles-ci sont visibles à gauche de l’entrée véhicules. Les murs d’enceinte jusque-là visibles sont évidemment conservés.

Les travaux du parking ont démarré le 1er octobre 2018. Très vite, l’atelier des parois moulées s’est mis en place. Il a consisté en l’excavation de déblais sur 20 m de profondeur et jusqu’à 7 m de large, sur une épaisseur de 60 cm, puis au coulage du béton. L’ensemble de ces panneaux, positionnés côte à côte, a permis de créer l’enveloppe périphérique du parking. En parallèle, des canules ont été forées sur toute la surface pour pouvoir injecter un bouchon de béton à 20 m de profondeur et ainsi former la partie inférieure de la « boîte ». Une fois cette « boîte » fermée sur ses 5 côtés, le rabattement de nappe a été réalisé pour permettre l’opération de déblais jusqu’à 10 m de profondeur.

Au fur et à mesure de l’avancement du terrassement, les pieux de fondations – 400 au total – ont été installés. Les tâches se sont ensuite enchaînées entre poteaux brésiliens coulés en place, pré murs en périphéries, et autour des locaux techniques, poses de dalles alvéolaires, dalles, et ainsi de suite jusqu’à l’achèvement de la dalle haute du parking il y a 2 mois. Les autres corps de métiers se sont succédé depuis l’été dernier pour permettre de livrer le parking le jour d’ouverture des marchés de Noël.

Je veux saluer ici la grande performance de l’équipe de maîtrise d’œuvre et des services techniques de la Ville de Colmar.


14 mois pour un chantier de cette importance, c’est tout simplement exceptionnel et je les en félicite. Quelques détails techniques qui donnent un aperçu du caractère atypique de la tâche :

-        70 ouvriers par jour, et jusqu’à 100 en pointe,
-        80 000 m3 de déblais, ce qui correspond au volume de 32 piscines olympiques,
-        400 pieux,
-        70 km de forage,
-        20 000 m3 de béton,
-        1 800 tonnes d’acier,
-        3,7 km de chemin de câbles pour 60 km de câbles,
-        974 luminaires,
-        5,5 km de réseau de sprinklage (réseau d’extinction d’incendie automatique à eau) pour 1 800 têtes de sprinklage,
-        7 500 m² d’étanchéité,
-        18 000 m² de plancher,
-        Le parking a un poids de 60 000 tonnes, soit l’équivalent de 6 tours Eiffel.

L’énergie déployée par tous a porté ses fruits. C’est aussi une belle illustration de la collaboration efficace entre les secteurs public et privé. Je ne cesse de souligner les apports essentiels d’un tel partenariat. Cette opération le démontre encore. Donc, mes félicitations renouvelées à tous les intervenants auxquels j’associe, bien entendu, l’équipe de maîtrise d’œuvre principalement locale. Elle est composée de AEA Architecte mandataire (Colmar), Jean-Luc Isner, architecte du patrimoine (Strasbourg), Acte 2 paysage, architecte paysagiste (Obernai), Serue Ingénierie, bureau d’étude technique (Schiltigheim), Venatech, ingénierie acoustique (Nancy) et Alpha Process, économiste de la construction (Mulhouse).

Merci aussi à toutes les entreprises qui ont démontré à travers ce chantier, tout leur professionnalisme, et en particulier l’entreprise EIFFAGE et son groupement qui, pour la troisième fois à Colmar, réussit une telle performance !

Le parking compte exactement 690 places de stationnement sur 3 niveaux. 19 pour véhicules utilitaires, 16 places « famille », 8 places de rechargement pour véhicules électriques, 16 places pour les personnes à mobilité réduite. Il faut encore ajouter 10 emplacements motos, et à terme 168 emplacements vélos. Ce parking, gardienné en permanence, sera ouvert 24h sur 24, chaque jour de l’année. Il en va de même, désormais, pour le parking Rapp.

Le coût de l’opération parking s’est élevé à 21,1 M€ HT. Si nous conjuguons ce coût à celui du parc public prochainement aménagé en surface, nous atteignons un montant total de 26,3 M€ HT. La Ville de Colmar a pu compter sur une participation de Colmar Agglomération, au titre du fonds de concours, à hauteur de 3 169 165 € tenant compte des aménagements paysagers. S’ajoute une subvention de la Région Grand Est de 500 000 € pour les aménagements paysagers en surface qui sont en cours et se poursuivront jusqu’au mois d’avril 2020.

Par ailleurs, les travaux d’aménagement paysager nous donneront l’occasion de dédier un espace à la mémoire du Colonel Arnaud BELTRAME qui reste à jamais pour nous un symbole interpellant nos consciences, un héros, tué lors d’un attentat à Trèbes le 23 mars 2018. Cet espace de recueillement sera réalisé à l’emplacement de l’ancien cavalier des fortifications historiques.

Personnellement, je ne suis pas peu fier ! Il fallait une sacrée dose de courage politique pour se lancer dans un tel chantier en fin de mandat. C’était un pari et un défi. Les deux ont été réussis. C’est ce qu’attendent les administrés de leurs élus ... !



Gilbert MEYER
Maire de Colmar
Président de Colmar Agglomération

Aucun commentaire:

Publier un commentaire